Qui ne gaspille pas trouve toujours : l’approche innovante de Craig McIntosh et Carissa Campeotto pour récupérer les déchets alimentaires est mise à l’éssai

Des fermes aux usines, des épiceries à nos foyers, le gaspillage alimentaire se produit à chaque étape de la chaîne d'approvisionnement. Cela semble inévitable, mais Craig McIntosh et Carissa Campeotto étaient convaincus qu'il pouvait en être autrement. À leurs yeux, le gaspillage alimentaire n'était rien d'autre que de la nourriture au potentiel inexploité.

Une affaire personnelle

Pour Craig et Carissa, le gaspillage alimentaire est une affaire personnelle pour diverses raisons.

Craig a vécu directement l'insécurité alimentaire. Devenu indépendant à un jeune âge et ayant souvent eu des difficultés à trouver de la nourriture, il a passé sa carrière en cuisine à lutter contre l'inégalité alimentaire. Quant à Carissa, lorsque son entreprise de bar à jus était en difficulté financière, l'achat de produits imparfaits et économiques qui auraient autrement été gaspillés l'a sauvée de la fermeture.

Craig et Carissa avaient fréquenté des cercles similaires, mais ne se sont pas rencontrés avant 2018, alors qu'ils participaient tous deux au même événement social. Ils ont commencé à discuter et se sont vite rendu compte qu'ils avaient beaucoup de points en commun — à savoir un amour pour la nourriture saine et durable.

La description suit

Craig et Carissa lors d'une présentation à un événement de lancement de Trendi

Des conversations passionnantes sur la nourriture, notamment sur le gaspillage et l'insécurité alimentaire, les ont amenés à discuter de possibilités commerciales et, plus tard cette année-là, ils ont fondé une entreprise : Trendi. De nombreux distributeurs automatiques proposant des collations peu saines, Craig et Carissa voulaient augmenter l'offre d'options saines et abordables. Leur solution? Un distributeur automatique de boissons fouettées (smoothies). Équipée d'une variété de purées de fruits et de légumes, la machine pouvait créer des smoothies sur demande.

Créer une entreprise à partir de rien n'est pas facile. Craig et Carissa ont investi tout leur temps et leurs ressources pour faire de leur rêve de boissons fouettées une réalité. En 2020, ils ont enfin poussé un soupir de soulagement : ils étaient prêts à se lancer. Mais personne n'aurait pu anticiper les problèmes qui se profilaient à l'horizon.

Deux semaines après le lancement de Trendi, la pandémie s'est déclarée, et Craig et Carissa ont vu leurs efforts s'effondrer : « Nos contrats sont tombés à l'eau et nous avons été anéantis financièrement. Carissa et moi avons vendu ce que nous avions, déménagé dans un sous-sol et dormi sur un matelas à même le sol pendant un an et demi », se souvient Craig.

Mais tout espoir n'était pas perdu. La clé de l'avenir de leur entreprise se trouvait dans la machine à boissons fouettées. Seulement, ils ne le savaient pas encore.

De la ferme à l'avenir

La description suit

Sacs remplis de poudres et de morceaux de produits lyophilisés sur une table de préparation de cuisine.

Déterminés à trouver un moyen d'avancer, le duo a commencé à réfléchir à une nouvelle orientation pour Trendi, car ils avaient besoin de quelque chose de plus fiable financièrement. La conversation a porté sur leur passion commune pour le recyclage des produits imparfaits, et c'est alors que Craig a eu une idée : « Si nous parvenons à populariser l'impopulaire, nous pouvons contribuer à changer le paysage de l'agriculture pour toujours ».

Tout a commencé par une expérience : Craig et Carissa ont séché les restes de purée de leurs machines à boissons fouettées et les ont transformés en poudre. Les produits frais se gâtent rapidement, mais les poudres ont une durée de conservation de plusieurs années. Et comme les poudres sont très légères, le transport des ingrédients serait plus économique et possiblement plus bénéfique pour l'environnement.

S'ils pouvaient automatiser ce processus, ils pourraient vendre les poudres à des fabricants qui les ajouteraient à des muffins, à des sauces, à des soupes ou à n'importe quel autre produit. Mais il leur manquait encore quelques éléments. Ce qu'il leur fallait, c'était quelque chose qui puisse transformer à grande échelle des aliments autrement gaspillés.

Ils ont ainsi mis au point une solution de transformation modulaire pouvant s'adapter à différents volumes de déchets alimentaires tout en étant mobile. Grâce à un processus de lyophilisation, les aliments pourraient être transformés en poudres de longue conservation, aussi nutritives que les produits d'origine, mais d'un poids très inférieur. En plus d'aider les agriculteurs, cette solution permettrait de réduire le gaspillage tout au long de la chaîne d'approvisionnement.

Si Craig et Carissa avaient un plan, faire de leur rêve une réalité était un défi qui nécessitait des recherches, des prototypes et des tests approfondis. Malheureusement, après avoir tout misé sur la machine à boissons fouettées, Trendi n'avait pas les ressources nécessaires pour se lancer dans un grand projet comme le transformateur automatisé mobile.

Jusqu'à ce que Carissa ne découvre un défi d'un tout autre genre qui leur offrirait une occasion à saisir.

Relever le défi

Le Défi de réduction du gaspillage alimentaire

Dans le cadre de la Politique alimentaire pour le Canada, AAC a lancé le Défi de réduction du gaspillage alimentaire, ou « le Défi », le 19 novembre 2020. Le Défi a été créé pour accélérer et faire progresser le déploiement de solutions diverses et à fort impact en réponse au gaspillage alimentaire au Canada. Il se compose de trois étapes de rapport, au cours desquelles les innovateurs sont en concurrence pour gagner des montants accrus de subventions en fonction de leurs résultats. Le Défi comporte deux séries de volets : « Technologies novatrices » et « Modèles d'affaires ». Dans le volet « Modèles d'affaires », les candidats doivent présenter un modèle qui soutient une solution prête à être commercialisée et proposer une façon innovante de faire des affaires pour prévenir ou réacheminer les déchets alimentaires.

Lorsque Carissa a entendu parler pour la première fois du Défi de réduction du gaspillage alimentaire d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), elle a pensé qu'il s'agissait de la solution idéale pour mettre en œuvre la nouvelle technologie de Trendi. AAC était à la recherche de projets novateurs qui permettraient de réduire le gaspillage alimentaire au Canada, et Craig et Carissa avaient précisément cette ambition.

Ils ont donc rempli un dossier de candidature pour le volet « Modèles d'affaires », y ont mis toute leur passion et leur vision, et ont espéré que les évaluateurs y seraient réceptifs. Et c'est ce qui s'est passé  ils ont atteint la demi-finale et ont reçu une subvention de 100 000 $!

Le Défi a donné à Trendi un coup de pouce bien nécessaire et a aidé Craig et Carissa à financer la production de leur technologie. Toutefois, même la subvention n'était pas comparable à la richesse des relations qu'ils avaient établies.

Grâce à la plateforme proposée par le Défi, Craig et Carissa ont pu partager leur mission avec un public plus large et entrer en contact avec d'autres entrepreneurs dans le domaine de la réduction du gaspillage alimentaire. Cette plus grande notoriété dans le secteur a attiré des investisseurs qui leur ont offert un financement supplémentaire, faisant passer leur technologie de la planche à dessin à la chaîne de production.

La description suit

Transformateur mobile de Trendi

« Lorsque vous êtes une jeune entreprise et que le gouvernement reconnaît votre travail, les gens commencent à vous écouter. Cette initiative a contribué à lancer les discussions autour de Trendi », explique Carissa.

« Notre succès lors du premier tour nous a donné suffisamment de crédibilité pour continuer à nous développer », ajoute Craig.

Craig et Carissa ont le plaisir d'annoncer que leur technologie est actuellement en production. Trendi continue de se développer et ils espèrent commencer à établir des unités dans les principaux centres de distribution alimentaire, ce qui leur permettra d'utiliser les voies d'approvisionnement existantes et de récupérer davantage de produits. L'entreprise veut montrer comment tous les acteurs de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, des agriculteurs aux consommateurs, peuvent jouer un rôle dans la réduction du gaspillage alimentaire. C'est peut-être un défi, mais c'est un défi qu'ils acceptent de relever avec enthousiasme.

 

Plus d'Agri‑info

  • Vous voulez lire plus d'histoires comme celle-ci? Découvrez ce qu'Agri-info a d'autre à offrir.
  • Vous souhaitez faire un reportage sur cette histoire? Communiquez avec les Relations avec les médias d'AAC à l'adresse aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@agr.gc.ca pour organiser une entrevue avec l'un de nos experts.
  • Vous avez une suggestion d'article ou des commentaires à communiquer? Écrivez-nous à l'adresse aafc.agri-info.aac@agr.gc.ca!
  • Ne manquez jamais de nouvelles. Inscrivez-vous au bulletin Agri-info aujourd'hui.