Analyse sectorielle – Tendances du commerce électronique au Royaume-Uni

Note : Ce rapport contient des données prévisionnelles basées sur les chiffres historiques.

Sommaire

Le Royaume-Uni était le troisième plus important cybermarché de détail au monde (après la Chine et les États-Unis), d'une valeur de 117,6 milliards de dollars américains (G$ US) (part du marché de 4,6 %) en 2020, ce qui représentait une hausse du taux de croissance annuel composé (TCAC) de 15,4 %, contre 66,3 G$ US en 2016. La pandémie de COVID-19 a accéléré la croissance du secteur du commerce électronique au Royaume-Uni en 2020, qui a fait un bond de 30 %, par rapport à 90,5 G$ US en 2019.

Les ventes au détail en ligne intérieures au Royaume-Uni étaient évaluées à 107,4 G$ US (part du marché de 91,35 %), tandis que les ventes au détail en ligne étrangères s'y établissaient à 10,2 G$ US (part de 8,65 %) en 2020. Le commerce électronique étranger a connu sa croissance historique la plus marquée de 2016 à 2020, enregistrant un TCAC de 18,9 %, tandis que le commerce électronique intérieur devrait connaître sa plus forte croissance de 2021 à 2025, pour un TCAC de 8,4 %.

En 2020, 97 % des ménages au Royaume-Uni avaient un téléphone mobile, tandis que seulement 85,5 % d'entre eux avaient un téléphone intelligent, ce qui représentait la plus solide croissance des appareils, avec un TCAC de 3 % de 2016 à 2020. Les tablettes devraient connaître la croissance la plus élevée de 2021 à 2025, avec un TCAC de 4,3 %.

Le Royaume-Uni est le troisième cybermarché de vente d'aliments et boissons au monde, après les États-Unis et la Chine. Les aliments et boissons constituaient également la deuxième plus grande catégorie de produits des ventes au détail en ligne en 2020 au Royaume-Uni, ayant enregistré des ventes de 18,8 G$ US et un TCAC de 24,1 % par rapport à 7,9 G$ US en 2016, ce qui représente la croissance historique la plus marquée des ventes au détail en ligne pour toutes les catégories de produits.

Les ventes au détail en ligne d'aliments emballés ont enregistré une valeur des produits vendus de 8,6 G$ US en 2020 et un TCAC de 22,7 %, soit une hausse par rapport à 3,8 G$ US en 2016. Les cinq principaux produits alimentaires emballés vendus étaient les viandes et produits de la mer transformés, les plats cuisinés, les confiseries, les collations salées et les produits de boulangerie.

Amazon.com Inc., eBay Inc., J Sainsbury Plc, Tesco Plc et John Lewis Partnership Plc (Waitrose) étaient les trois principaux cyberdétaillants au Royaume-Uni en 2020, occupant 49,0 % du marché total, ce qui représentait 57,6 G$ US. Amazon.com Inc., le principal détaillant Internet au Royaume-Uni, a enregistré des ventes de 29,4 G$ US en 2020 et occupait 25 % du marché total au cours de la même période.

Profil socioéconomique

Profil économique du pays

Le Royaume-Uni a souffert de l'un des pires ralentissements économiques de l'Europe de l'Ouest en 2020 en raison de la pandémie de COVID-19 et de l'incertitude liée au Brexit, et on estime que son PIB réel a diminué de 12,3 % en 2020. Le gouvernement du Royaume-Uni a promulgué un confinement à l'échelle nationale, qui a duré plus de quatre mois, en imposant des mesures de contrôle, ce qui a entraîné des perturbations de la chaîne d'approvisionnement et durement touché le mode de vie des consommateurs et les activités des détaillants, puisque la consommation privée a été réduite de 14,3 % et que la dette publique a grimpé à 108 % du PIB en 2020. En raison du déploiement du programme de vaccination à grande échelle contre la COVID-19, de l'assouplissement des restrictions, des mesures de stimulation économique et de l'Accord de commerce et de coopération entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, ce dernier devrait se remettre lentement au cours de la deuxième moitié de 2021 et la croissance du PIB réel devrait s'établir à 3,5 % en 2021. Toutefois, en raison de l'augmentation récente du chômage, de la faiblesse des investissements des entreprises, de la tiédeur de la croissance de la productivité et des effets négatifs du Brexit, le Royaume-Uni ne devrait pas revenir aux niveaux d'activité économique antérieurs à la pandémie avant 2024 et il devrait être l'un des derniers à se rétablir parmi ses pairs de la région d'Europe de l'Ouest.

Les exportations et les importations ont toutes deux diminué en 2020 en termes réels annualisés. Les exportations et les importations du Royaume-Uni sont susceptibles de se rétablir graduellement à moyen terme, à mesure que la reprise mondiale postérieure à la COVID-19 se poursuivra et que ses plus grands partenaires commerciaux commenceront à rouvrir leurs portes. Grâce aux ALE signés avec le Canada et le Japon en 2020, et surtout à l'Accord de commerce et de coopération signé avec l'Union européenne en décembre 2020, les entreprises du Royaume-Uni voient une lueur d'espoir puisqu'un accord a finalement été conclu avec son plus important partenaire économique. Toutefois, en plus des répercussions de la COVID-19, les problèmes et incertitudes entourant le Brexit continuent de nuire au commerce et de le perturber à mesure que les entreprises du Royaume-Uni se familiarisent avec ces nouveaux accords commerciaux et les traitent.

Données démographiques

La population totale du Royaume-Uni en 2020 était de 67 millions et elle devrait atteindre 68,3 millions d'ici 2025. En 2020, la population de sexe masculin représentait 49,4 % de la population totale, tandis que la population de sexe féminin en constituait 50,6 %. L'âge médian total en 2020 était de 40,3 ans et peut se subdiviser en 39,1 ans pour les personnes de sexe masculin et 41,4 ans pour les personnes de sexe féminin. La majorité de la population du Royaume-Uni vivait en milieu rural (65,1 %) plutôt qu'en région urbaine (34,9 %).

En 2020, il y avait 28,2 millions de ménages au Royaume-Uni et la taille du ménage moyen était de 2,4 personnes; 83,4 % des ménages vivaient en région urbaine, tandis que seulement 16,6 % vivaient en milieu rural. En 2020, le ménage moyen se composait de deux personnes, mais les ménages d'une seule personne étaient les plus courants, car ils représentaient 30,9 % de tous les ménages. Les familles monoparentales et les ménages multigénérationnels élargis devraient connaître la croissance la plus rapide de 2021 à 2025, avec un TCAC de 0,8 % dans les deux cas.

Revenus et dépenses des consommateurs

En 2019, le revenu disponible médian par habitant au Royaume-Uni s'est accru d'un TCAC de 2,4 %, soit de 25 395,20 $ US en 2016 à 27 606,40 $ US. Toutefois, en raison de la pandémie de COVID-19, les gains enregistrés pendant cette période ont été annulés et le revenu disponible médian par ménage a diminué d'un TCAC de 10,5 % de 2019-2020 à 24 698,80 $ US en 2020, ce qui donne un TCAC de −0,7 % pour toute la période allant de 2016 à 2020. Parallèlement, les dépenses des consommateurs ont augmenté d'un TCAC de 2,4 % en 2019, soit de 24 185,50 $ US en 2016 à 25 982,60 $ US. Or, en raison de la COVID-19 et de l'incertitude entourant le Brexit, les dépenses des consommateurs ont diminué d'un TCAC de 9,6 % de 2019-2020 à 23 482,60 $ US en 2020, ce qui donne un TCAC de −0,7 % pour l'ensemble de la période allant de 2016 à 2020.

Malgré la baisse récente du revenu disponible et des dépenses des consommateurs, le pouvoir discrétionnaire de dépenser des ménages est toujours supérieur à la moyenne de la région et devrait s'accroître puisque la pandémie commence à entrer aux dernières étapes et que le gouvernement commence à régler la question du Brexit. Tout cela, ajouté à un marché des services financiers bien développé, offre aux consommateurs la facilité d'accès au crédit. Par conséquent, les consommateurs du Royaume-Uni sont très à l'aise avec les paiements faits par carte bancaire.

Introduction au commerce électronique au Royaume-Uni

En 2020, les cybermarchés de détail mondiaux étaient évalués à 2,6 billion de dollars américains (T$ US) et le taux de croissance annuel composé (TCAC) a fait un bond de 22,2 % par rapport au 1,1 T$ US enregistré en 2016. La Chine était le principal cybermarché de détail, avec 851,8 G$ US (part du marché de 33,2 %) en 2020, suivie des États-Unis, avec 705,7 G$ US (part de 27,5 %) et du Royaume-Uni (26e), avec 117,6 G$ US (part de 4,6 %).

Les cybermarchés mondiaux de produits et services en 2020 étaient évalués à 7,6 T$ US, soit une hausse du TCAC de 21 % comparativement à 3,5 T$ US en 2016. La Chine était le principal cybermarché de détail, avec 2,7 T$ US (part du marché de 36,1 %) en 2020, suivie des États-Unis, avec 1,9 T$ US (part de 25 %) et du Japon, avec 299,8 G$ US (part de 4,0 %). Le Royaume-Uni était le quatrième plus important cybermarché de biens et services, évalué à 278 G$ US (part du marché de 3,7 %), ce qui représente une augmentation du TCAC de 12,8 % par rapport à 171,5 G$ US en 2016.

Les cinq principaux cybermarchés de détail au monde, 2020
La description de cette image suit.
Description de l'image ci-dessus
  • Chine : 33,8 %
  • États-Unis : 27,8 %
  • Royaume-Uni : 4,7 %
  • Corée du Sud : 4,1 %
  • Japon : 4,1 %
  • Reste du monde : 25,6 %

Le Royaume-Uni était le troisième plus important cybermarché de détail au monde (après la Chine et les États-Unis), d'une valeur de 117,6 G$ US (part du marché de 4,7 %) en 2020, ce qui représentait une hausse du TCAC de 15,4 %, contre 66,3 G$ US en 2016. La pandémie de COVID-19 a accéléré la croissance du secteur du commerce électronique au Royaume-Uni en 2020, qui a fait un bond de 30 %, par rapport à 90,5 G$ US en 2019.

Les cinq principaux cybermarchés d'aliments et de boissons au monde, 2020
La description de cette image suit.
Description de l'image ci-dessus
  • États-Unis : 30,8 %
  • Chine : 27,3 %
  • Royaume-Uni : 7,6 %
  • Corée du Sud : 6,8 %
  • France : 4,9 %
  • Reste du monde : 22,6 %

Le Royaume-Uni était le troisième plus important cybermarché de vente d'aliments et de boissons au monde, après les États-Unis et la Chine. Les aliments et boissons constituaient également la troisième plus grande catégorie de produits vendus au détail en ligne en 2020 au Royaume-Uni, ayant enregistré des ventes de 18,8 G$ US et un TCAC de 24,1 %, par rapport à 7,9 G$ US en 2016, ce qui représente la hausse historique la plus marquée des ventes au détail en ligne pour toutes les catégories de produits.

Ventes au détail des 10 principaux cybermarchés au monde, données historiques et prévisions (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Pays 2016 2019 2020 TCAC* % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Monde 1 149 569,9 1 977 184,1 2 566 482,2 22,2 2 853 976,1 4 388 739,2 11,4
Chine 338 507,9 707 503,1 851 794,1 25,9 932 279,3 1 358 170,5 9,9
États-Unis 337 051,3 514 197,3 705 745,9 20,3 767 678,9 1 200 898,7 11,8
Royaume-Uni 66 330,0 90 474,8 117 554,0 15,4 128 995,4 175 765,1 8,0
Japon 75 055,7 93 111,8 114 756,1 11,2 123 249,8 151 092,4 5,2
Corée du Sud 43 550,2 82 742,7 104 669,5 24,5 117 214,5 158 814,9 7,9
Allemagne 51 894,1 68 759,9 84 251,5 12,9 96 990,3 129 851,3 7,6
Canada 18 179,5 33 098,2 56 660,8 32,9 60 675,0 83 228,9 8,2
France 29 308,8 40 494,4 47 257,0 12,7 53 353,1 72 115,9 9,9
Inde 13 159,7 32 086,5 41 070,7 32,9 53 802,7 128 919,6 24,4
Russie 11 163,7 23 546,1 34 055,4 32,2 39 272,0 74 287,9 17,3

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Biens et services des 10 principaux cybermarchés au monde, données historiques et prévisions (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Pays 2016 2019 2020 TCAC* % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Monde 3 524 077,5 6 706 504,5 7 558 669,9 21,0 8 751 852,7 14 035 048,2 12,5
Chine 853 194,9 2 446 522,4 2 729 244,8 33,7 3 137 439,6 4 660 849,6 10,4
États-Unis 1 091 553,1 1 638 859,5 1 888 948,0 14,7 2 152 106,1 3 370 106,6 11,9
Japon 221 813,9 275 574,0 299 801,2 7,8 318 861,1 380 488,2 4,5
Royaume-Uni 171 490,7 257 315,1 277 972,9 12,8 330 037,5 559 353,0 14,1
Corée du Sud 73 686,0 161 098,4 195 129,8 27,6 223 775,1 349 415,5 11,8
Allemagne 105 587,7 143 530,6 152 507,6 9,6 172 287,9 258 748,5 10,7
Russie 33 719,4 113 433,2 145 813,4 44,2 189 612,6 367 629,9 18,0
France 88 596,6 125 661,3 128 317,2 9,7 150 916,0 225 581,5 10,6
Australie 80 160,5 107 157,1 106 009,6 7,2 114 931,1 159 265,6 8,5
Canada 50 689,7 79 524,9 83 123,4 13,2 97 039,6 140 186,4 9,6

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Caractéristiques des cyberconsommateurs et environnement numérique

Le Royaume-Uni est l'une des économies où le numérique est le plus développé au monde. En 2020, le nombre d'internautes au Royaume-Uni totalisait 59,1 millions, ce qui représentait une croissance du TCAC de 0,4 % de 2016 à 2020. Ce nombre devrait augmenter lentement à l'avenir, pour s'établir à 62,7 millions d'ici 2025. La croissance a ralenti et atteint un plateau au fil du temps en raison de la pénétration d'Internet, qui a remporté un franc succès, pour atteindre 93,5 % de la population totale en 2020 (85,6 % des particuliers accèdent à Internet tous les jours). Ce pourcentage devrait s'accroître pour passer à 96,8 % de la population totale d'ici 2025 (92 % des habitants accéderont à Internet tous les jours).

En 2020, 97 % des ménages avaient accès à Internet, soit une hausse par rapport à 93,0 % en 2016, ce qui représente un TCAC de 1,1 % de 2016 à 2020. L'accès à Internet à l'aide d'un ordinateur portatif, d'un bloc-notes électronique ou d'une tablette a connu une croissance marquée de 2016 à 2020, pour grimper de 39 % de la population en 2016 à 59,8 % en 2020 et enregistrer un TCAC de 11,3 %. Cette croissance considérable fait ressortir la préférence des consommateurs pour les dispositifs portatifs (ce qui n'inclut pas les téléphones mobiles), tendance qui s'est accélérée en raison des effets de la pandémie de COVID-19, quand les gens ont commencé à travailler à la maison ou à distance, ce qui a accru l'importance des dispositifs portatifs, comme en témoigne la hausse de l'accès Internet à l'aide de dispositifs portatifs (à l'exclusion des téléphones mobiles) de 54 % en 2019 à 57,5 % en 2020 (augmentation de 6,8 %). Toutefois, l'accès à Internet à l'aide d'un téléphone mobile a également connu une croissance, même si elle a été plus lente, puisque le secteur des téléphones mobiles est bien développé : 85,3 % de la population avaient accès à Internet à l'aide d'un téléphone mobile en 2020, soit une hausse comparativement à 77 % en 2016, ce qui représente une augmentation du TCAC de 2,6 % pendant cette période.

Une croissance marquée s'est également dégagée dans les transactions faites par Internet au cours de la période allant de 2016 à 2020, puisque 32,9 % de la population se sont servis d'Internet pour vendre des biens ou services en 2020, ce qui représente une hausse par rapport à 21 % en 2016 et un TCAC de 11,9 %. Il s'agit ici du pourcentage de la population qui utilise Internet pour acheter, commander et vendre des biens et services et cette croissance fait ressortir la tendance des consommateurs du Royaume-Uni à privilégier les transactions numériques et le commerce électronique. Les transactions en ligne par les entreprises ont également connu une croissance soutenue, car 57,9 % d'entre elles ont passé des commandes par Internet en 2020. Ce chiffre devrait grimper à 62,8 % d'ici 2025. En 2020, 22,5 % des entreprises recevaient des commandes par Internet et on s'attend à ce que ce pourcentage monte jusqu'à 23,7 % d'ici 2025. Les transactions bancaires par Internet ont également connu une croissance soutenue puisque leur accès était offert à 82,7 % de la population en 2020, contre 64 % en 2016, ce qui représente un TCAC de 6,6 % pendant cette période.

Les abonnés à Internet au Royaume-Uni totalisaient environ 130 millions et on comptait aussi 7,8 millions d'abonnés à un service VoIP en 2020. Les ménages et entreprises qui étaient abonnés à Internet avaient davantage recours à un service à large bande sans fil (grâce à un téléphone mobile ou à une ligne terrestre/par satellite) en 2020, ce qui représentait 60,1 % des utilisateurs, suivis des abonnés à un service à large bande haute vitesse fixe (21,4 %) et les abonnés à un service à bande étroite fixe (18 %).

En 2020, on recensait 80,6 millions d'abonnés à un téléphone mobile, soit un TCAC de 0,5 % de 2016 à 2020. Les réseaux mobiles couverts par un réseau cellulaire mobile représentaient 100 % de la population, venait ensuite la couverture par au moins un réseau mobile 3G (99,9 %); la couverture devrait être de 100 % d'ici 2025. En 2020, 99,8 % de la population étaient desservis par une couverture mobile à l'aide d'au moins un réseau ≥LTE/WiMax et ce chiffre devrait monter à 99,9 % d'ici 2025. Le temps d'utilisation moyen des appels sur un téléphone mobile par abonné à un service mobile était de 2 064,3 minutes et le prix moyen par appel d'une minute était de 0,50 $ US (texto : 0,20 $ MXN) en 2020.

Transactions en ligne des entreprises au Royaume-Uni de 2016 à 2025, données historiques et prévisions (% des entreprises)
Catégorie 2016 2019 2020 TCAC* en % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Entreprises qui passent des commandes sur Internet 54,2 56,5 57,9 1,7 59,1 62,8 1,5
Entreprises qui reçoivent des commandes sur Internet 21,5 22,1 22,5 1,1 22,8 23,7 1,0

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Tendances des internautes au Royaume-Uni, données historiques et prévisions
Catégorie (unité) 2016 2019 2020 TCAC* % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Internautes (en millions) 58,2 58,1 59,1 0,4 59,9 62,7 1,1
Population qui utilise Internet (%) 94,8 92,5 93,5 −0,3 94,4 96,8 0,6
Population qui utilise Internet hors de la maison ou du lieu de travail (%) 81,0 84,7 86,3 1,6 87,8 92,0 1,2
Ménages ayant accès à Internet (%) 93,0 96,0 97,0 1,1 97,2 97,9 0,2
Ménages ayant accès à un service à large bande (%) 92,0 95,4 96,5 1,2 96,8 97,7 0,2
Fréquence de l'accès à Internet : quotidienne (%) 83,4 84,2 85,6 0,6 87,2 92,0 1,3
Utilisation d'Internet : services bancaires (%) 64,0 78,0 82,7 6,6
Utilisation d'Internet : vente de biens ou services (%) 21,0 31,0 32,9 11,9
Utilisation d'Internet : téléphonie/appels vidéo (%) 46,0 54,0 57,5 5,7
Accès à Internet : à l'aide d'un ordinateur portatif, d'un bloc-notes électronique, d'une tablette (%) 39,0 56,0 59,8 11,3
Accès à Internet : à l'aide d'un téléphone mobile (%) 77,0 84,0 85,3 2,6
Abonnés Internet (en millions)[1] 107,6 123,1 130,0 4,8 136,1 153,0 3,0
Abonnés à un service à bande étroite fixe (en millions)[2] 23,7 23,6 23,4 −0,4 23,1 21,6 −1,6
Abonnés à un service à large bande fixe (en millions)[3] 25,4 27,2 27,8 2,2 28,3 29,9 1,4
Abonnés à un service à large bande sans fil (en millions)[4] 58,4 72,3 78,8 7,8 84,7 101,6 4,6
Abonnés à un service VoIP (en millions)[5] 6,7 7,5 7,8 3,7
Abonnés à un téléphone mobile (en millions) 78,9 80,1 80,6 0,5 81,1 82,8 0,5
Population desservie par un réseau de cellulaires mobiles (%) 99,6 99,9 100,0 0,1 100,0 100,0 0,0
Population desservie par au moins un réseau mobile ≥3G (% de la population) 99,6 99,8 99,9 0,1 99,9 100,0 0,0
Population desservie par un réseau ≥LTE/WiMax (%) 98,5 99,7 99,8 0,3 99,8 99,9 0,0

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

  1. Nombre de ménages et d'entreprises qui sont abonnés à Internet et qui utilisent des lignes louées, un service à bande étroite fixe (par câble), un service à large bande fixe (par câble) et un service à large bande sans fil.
  2. Renvoie au nombre d'abonnements actifs à un service Internet fixe/par câble d'une vitesse inférieure à 256 kbit/s, comme une ligne commutée et les autres abonnements à un service fixe sans large bande.
  3. Renvoie aux personnes qui paient pour avoir l'accès haute vitesse au réseau Internet public (connexion TCP/IP). L'accès haute vitesse se définit comme étant égal ou supérieur à 256 kbit/s, soit la somme de la capacité dans les deux sens. Cela peut comprendre les modems par câble, les lignes d'abonnés numériques (DSL), la fibre optique jusqu'à la maison ou l'immeuble et les autres abonnements à un service à large bande fixe (par câble). Ces statistiques sont mesurées, quel que soit le type d'accès, le type d'appareil utilisé pour avoir accès à Internet ou le mode de paiement. Cela exclut les abonnés qui ont accès aux communications de données (y compris Internet) grâce à un réseau de cellulaire mobile.
  4. Renvoie au nombre total d'abonnements actifs à un service Internet sans fil à large bande à l'aide d'une connexion satellite, terrestre fixe sans fil ou terrestre mobile. Les abonnements à un service à large bande sont ceux dont la vitesse de téléchargement annoncée est d'au moins 256 kbit/s. Dans le cas des services à large bande mobiles, seuls les abonnements actifs sont inclus (ceux qui ont eu au moins accès à Internet au cours des trois derniers mois ou grâce à un forfait de données spécialisé). Le service peut être autonome et inclure une carte de données ou il peut s'agir d'un service ajouté à un forfait voix. Les abonnements résidentiels et commerciaux devraient être inclus.
  5. Renvoie au nombre d'abonnés à un système vocal sur Internet (VoIP) à l'aide d'un service sans fil fixe, d'une connexion DSL, par câble, par fibre optique et grâce à d'autres plateformes Internet fixes à large bande qui offrent la téléphone fixe à l'aide de l'IP. Cela exclut les applications de système vocal sur Internet (VoIP) à l'aide d'un logiciel.

Les principaux médias sociaux en 2020 comprenaient Facebook (35,1 millions d'utilisateurs), YouTube (26,5 millions), LinkedIn (19 millions), Instagram (18,1 millions) et Twitter (12,7 millions). Les sites de réseautage social (SRS) dont la croissance a été la plus rapide étaient : Tiktok (créé en 2018), dont la croissance a explosé pour enregistrer un TCAC de 23,5 % entre 2018 et 2020; LinkedIn, avec un TCAC de 9,3 % de 2016 à 2020; et YouTube, avec un TCAC de 5,5 % au cours de la même période. Les principales applications de messagerie sociale étaient WhatsApp (17,4 millions d'utilisateurs en 2020), Facebook Messenger (17,1 millions) et Snapchat (14,2 millions). WhatsApp a connu la croissance la plus marquée de 2016 à 2020, enregistrant un TCAC de 5,7 %.

Tendances des utilisateurs d'Internet : les 10 principaux sites de réseautage social et applications au Royaume-Uni, utilisateurs mensuels actifs, en millions
Catégorie (unité) 2016 2017 2018 2019 2020 TCAC* (%) 2016-2020
Principaux sites de réseautage social
Facebook 33,1 34,0 34,0 34,4 35,1 1,5
YouTube 21,4 23,5 24,9 25,8 26,5 5,5
LinkedIn 13,4 15,3 16,7 17,8 19,0 9,3
Instagram 16,0 16,7 17,4 17,9 18,1 3,1
Twitter 12,6 12,7 12,7 12,6 12,7 0,2
Reddit 7,5 8,3 8,5 8,6 8,8 3,9
TikTok 3,7 5,4 8,6 23,5
Tumblr 5,8 5,8 5,9 5,9 5,9 0,8
Flickr 5,3 5,4 5,5 5,6 5,6 1,6
Pinterest 1,9 2,0 2,1 2,2 2,2 3,8
Principales applications de messagerie sociale
WhatsApp 13,9 15,1 16,2 16,9 17,4 5,7
Facebook Messenger 16,4 16,9 17,0 17,1 17,1 1,0
Snapchat 12,9 13,6 14,0 14,2 14,2 2,4
Skype 7,8 8,4 8,7 8,8 8,9 3,3

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

La répartition des appareils au Royaume-Uni confirme également la tendance grandissante à l'acquisition d'un plus grand nombre d'appareils mobiles et portatifs, puisque les utilisateurs ont de plus en plus besoin d'avoir accès à de l'information en ligne grâce à un appareil à la fois compact, convivial et simplifié. Par conséquent, les téléphones intelligents ont connu la croissance la plus marquée, affichant un TCAC de 3,0 % de 2016 à 2020, pour passer de 76 % des ménages qui possédaient un téléphone intelligent en 2016 à 85,5 % en 2020, suivis des tablettes (TCAC de 2,7 %) et des ordinateurs portatifs (TCAC de 1,5 %) pendant la même période. Toutefois, les téléphones mobiles et les ordinateurs personnels demeurent les appareils dont la pénétration est la plus élevée : en 2020, 97 % de la population possédaient un téléphone mobile et 93 %, un ordinateur personnel.

Accès à des appareils numériques au Royaume-Uni, données historiques et prévisions (% des ménages)
Catégorie 2016 2019 2020 TCAC* % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Téléphone mobile 95,0 96,4 97,0 0,5 97,5 98,8 0,3
Ordinateur personnel 89,8 92,6 93,0 0,9 93,4 94,9 0,4
Ordinateur portatif 64,0 64,1 68,0 1,5 71,6 83,8 4,0
Téléphone intelligent 76,0 82,6 85,5 3,0 87,9 93,6 1,6
Tablette 58,0 59,5 64,4 2,7 68,8 81,3 4,3

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Principales tendances numériques des consommateurs en 2020

Le Royaume-Uni devrait compter 65 millions d'internautes d'ici 2032, ce qui représente 99 % de sa population prévue. Cette croissance dicte la nécessité d'investissements accrus dans la connectivité et les technologies numériques pour permettre aux consommateurs numériques d'avoir davantage accès à des produits et à des entreprises en ligne. Ces caractéristiques des consommateurs numériques font ressortir six tendances clés qui se sont dégagées en 2020 : l'adoption et le déploiement croissants du réseau 5G; les effets de la pandémie sur l'infrastructure numérique en régions éloignées; la croissance du commerce électronique, tout spécialement dans le secteur alimentaire; le commerce électronique transfrontalier après le Brexit; l'importance accrue et la croissance continue du commerce électronique mobile; ainsi que l'accent mis sur l'intégrité du marché numérique grâce à des politiques sur la sécurité en ligne et la sécurité des données.

Élargissement de la connectivité numérique et déploiement de la 5G

Même si la connectivité à domicile est plus élevée que la connectivité mobile au Royaume-Uni, car plus de 97 % des ménages ont accès à Internet, le commerce électronique mobile demeure l'une des industries dont la croissance est la plus rapide et le réseau 5G de prochaine génération offre de nouvelles possibilités numériques et l'accès au marché des consommateurs numériques au Royaume-Uni. Son déploiement a commencé en 2019, avant la pandémie de COVID-19 et, à la mi-mars 2021, les principaux exploitants de réseaux mobiles, notamment EE, Vodafone, Three et O2, avaient lancé leurs réseaux et continuaient de soutenir la concurrence pour dominer le marché pendant qu'ils étendaient rapidement leur infrastructure dans le pays. Ces réseaux offrent déjà la connexion 5G à leurs clients situés dans les grandes villes du Royaume-Uni, tout comme dans les petites villes. EE continue d'être en tête de la course à la 5G, après avoir inauguré plus de 125 emplacements au Royaume-Uni en mars 2021.

Toutefois, à la suite de l'interdiction imposée en juillet 2020 à Huawei d'implanter un réseau 5G au Royaume-Uni en raison des inquiétudes liées à l'utilisation de l'infrastructure par le gouvernement chinois à des fins d'espionnage et en guise de solidarité avec d'autres pays, un problème d'approvisionnement en équipement pour la 5G a été soulevé puisque l'infrastructure numérique du Royaume-Uni est rapidement remplacée pour favoriser les capacités de la 5G. L'interdiction d'acheter de l'équipement de Huawei a débuté en 2021 et toute l'infrastructure actuelle 5G de Huawei sera entièrement éliminée d'ici 2027. Cette décision pourrait ralentir l'implantation de la 5G au Royaume-Uni.

Dans l'ensemble, la concurrence devrait s'accentuer puisque l'organisme de réglementation du Royaume-Uni, Ofcom, prévoit accroître le spectre de la 5G qui est mis à la disposition des exploitants en 2020 grâce à la vente du spectre. Cela fera augmenter de 18 % le montant total dont disposeront les exploitants et imposera des limites à la fraction du spectre que chaque fournisseur de réseau sera autorisé à acquérir pour maintenir une concurrence loyale. L'adoption rapide du réseau 5G permet au Royaume-Uni de jouir de sa position de chef de file dans l'espace numérique.

COVID-19 et infrastructure numérique

L'expérience de la pandémie de COVID-19 au Royaume-Uni a été plus pénible que celle de ses voisins. Par conséquent, en 2020, le gouvernement du Royaume-Uni a imposé des restrictions liées à la COVID-19 plus sévères que les pays européens voisins. Pendant toute l'année 2020, le gouvernement du Royaume-Uni a imposé trois périodes de confinement national et d'autres restrictions à l'échelle locale, ce qui a porté le total à plus de quatre mois de quarantaine et d'isolement. Ces mesures ont accéléré la dépendance à l'égard des technologies numériques à mesure que la population faisait la transition au travail à distance et au confinement pendant que des restrictions étaient mises en place au sujet des rassemblements et de l'accès aux lieux publics.

Même si l'infrastructure numérique au Royaume-Uni fonctionnait pendant la pandémie, le gouvernement a réalisé l'importance croissante de maintenir son infrastructure numérique et d'en poursuivre l'élargissement pour offrir des services de connectivité numérique fiables et à grande échelle à une majorité de ses citoyens. Depuis, il offre la facilité d'accès aux entreprises de télécommunications pour assurer la croissance de leur réseau 5G. De plus, le gouvernement a promis récemment d'atteindre son but, soit accroître la large bande à gigabits à 85 % des emplacements au Royaume-Uni, comme il le décrit dans sa stratégie d'infrastructure nationaleNote de bas de page 1.

Le gouvernement du Royaume-Uni et son organisme de réglementation des communications, Ofcom, se sont engagés à effectuer une réforme des politiques et de la réglementation afin de réduire le coût de construction de l'infrastructure numérique et de promouvoir un marché concurrentiel. Ils ont engagé des fonds publics de 5 milliards de GBP pour offrir la large bande à gigabits à des propriétés qui ne sont pas desservies par les marchés commerciaux (environ 20 % du Royaume-Uni) dans la plupart des régions ruralesNote de bas de page 2.

COVID-19 et commerce électronique

En raison des lourdes restrictions du confinement imposées au Royaume-Uni en 2020, la croissance des achats en ligne a été fulgurante, ce qui a permis de présenter le commerce électronique aux nouveaux consommateurs et à ceux qui ne connaissaient pas bien le magasinage en ligne (en particulier les personnes à la retraite et les citoyens âgés, qui auraient été moins susceptibles d'acheter des produits en ligne). De même, en raison des restrictions liées à l'utilisation des lieux publics, les consommateurs ont préféré se tourner vers le magasinage sur des plateformes mobiles en 2020, comme en témoigne le fait que les entreprises ont mis l'accent sur leur politique et accru leurs investissements dans les canaux de ventes mobiles et en ligne pour répondre aux demandes croissantes des consommateurs.

La pandémie a renforcé et élargi une industrie du commerce électronique déjà bien développée et établie au Royaume-Uni. Les limites et restrictions, imposées aux détaillants durant la période où seuls les détaillants de services essentiels étaient autorisés à exploiter leur entreprise, ont eu de lourdes conséquences sur les industries, notamment les services de ventes au détail et les services alimentaires ont dû investir de plus en plus dans des services à distance pour s'adapter aux changements survenus essentiellement du jour au lendemain dans le comportement des consommateurs et en mettre le commerce électronique à l'avant-plan de leur stratégie commerciale et de leur planification afin de générer des revenus en 2020. L'un des principaux détaillants au Royaume-Uni, Tesco, a rapidement élargi sa capacité de commerce en ligne afin de répondre à la demande massive de commandes d'épicerie en ligne. Voilà qui fait ressortir la tendance croissante des détaillants à adopter des stratégies multicanaux et la diminution prévue des points de vente physiques traditionnels pendant la transition des revenus vers des canaux de commerce électronique.

Tout spécialement, le commerce électronique dans les catégories liées aux aliments, comme les services alimentaires et les ventes au détail d'épicerie, a connu une croissance positive en 2020. En raison de la pandémie, les principaux supermarchés au Royaume-Uni ont fait des investissements afin de stimuler les canaux en ligne, en prenant des mesures, comme la restructuration des opérations, l'ouverture de magasins invisibles (« dark stores », qui sont d'anciens magasins transformés en centres d'exécution des commandes à l'échelle locale), ou en établissant des partenariats avec des services tiers de livraison de plus en plus populaires, comme Uber Eats, Just Eats et Deliveroo. Par conséquent, l'industrie des services alimentaires a connu la croissance la plus forte du commerce électronique au Royaume-Uni en 2020, croissance solide qui a persisté, même après la COVID-19, puisque les magasins de services alimentaires ou d'épicerie traditionnels ont été remplacés par des magasins invisibles et des cuisines fantômes, qui exécutent uniquement les commandes en ligne.

Brexit et commerce électronique transfrontalier

En plus des problèmes que la pandémie de COVID-19 a causés, le Royaume-Uni se ressent des effets du Brexit. Avec l'entrée en vigueur du nouvel Accord de libre-échange avec l'Union européenne (UE) le 1er janvier 2021, de nombreux détaillants du Royaume-Uni ont suspendu les ventes vers l'Irlande du Nord et les pays de l'UE. Même si les ventes au détail en ligne étrangères demeurent celles qui ont subi la croissance la plus rapide de 2016 à 2020, pour enregistrer un TCAC de 18,9 %, le commerce électronique étranger devrait ralentir et être dépassé par le commerce électronique intérieur durant la prochaine période, le commerce électronique étranger devant subir une croissance du TCAC de 4,0 % entre 2021 et 2025. Le commerce électronique intérieur devrait afficher une croissance deux fois plus élevée que cette dernière, pour enregistrer un TCAC de 8,4 % au cours de la même période. En fait, entre 2019 et 2020, le commerce électronique intérieur des ventes au détail transfrontalières a fait un bond de 31,9 %, ce qui représente une hausse de 81,4 G$ US à 107,4 G$ US, comparativement au commerce électronique étranger qui n'a augmenté que de 12,2 %.

Toutefois, les ventes au détail globales du commerce électronique transfrontalier devraient subir une baisse par rapport à la croissance à deux chiffres enregistrée lors de la période allant de 2016 à 2020 : la période de 2021 à 2025 devrait se traduire par un taux de croissance à un seul chiffre. Cette situation pourrait découler de la confusion et des perturbations qui sont prévues dans les activités commerciales au Royaume-Uni, qui sont attribuables au Brexit et à l'accord de libre-échange, à mesure que le monde commence à s'éloigner des circonstances extraordinaires que la COVID-19 a créées et qu'il retourne à des affaires normales. Les grands magasins britanniques continueront de relever des défis au cours des prochaines années, malgré la croissance positive qu'ils ont connue récemment dans le commerce électronique, étant donné les coûts accrus ou les retards liés aux délais d'expédition que pourraient subir les entreprises britanniques après la conclusion d'un accord de libre-échange en 2021. L'Irlande du Nord, qui est soumise à la réglementation de l'UE pour éviter qu'il y ait une frontière physique entre la République d'Irlande et le Royaume-Uni, a poussé de grands détaillants, comme John Lewis, et des cyberdétaillants, notamment Zalando, à suspendre temporairement leurs ventes à destination de l'Irlande du Nord en raison des perturbations commerciales, des coûts supplémentaires de la TVA et des complications liées aux changements apportés à la nouvelle réglementationNote de bas de page 3.

L'accord sur le Brexit pourrait être un autre facteur qui, combiné à la pandémie de COVID-19, incitera les consommateurs du Royaume-Uni à faire des achats par l'entremise des canaux du commerce électronique intérieurs plutôt que des canaux étrangers, tendance que l'on peut déjà constater dans les ventes au détail récentes puisque la croissance du commerce électronique étranger continue de diminuer comparativement au commerce électronique intérieur. Outre les plus longs délais d'expédition et les coûts supplémentaires de la TVA, les consommateurs du Royaume-Uni qui font des transactions électroniques à l'étranger peuvent être assujettis à des frais supplémentaires, comme le plafond imposé quand ils paient en ligne des achats transfrontaliers entre des pays de l'UE qui ne s'applique plus au Royaume-Uni. Les entreprises de carte de crédit, comme Mastercard et Visa, augmenteront également leurs frais de cinq fois pour les paiements transfrontaliers en octobre 2021, ce qui ne s'appliquera pas aux entreprises, puisque les détaillants peuvent décider de déléguer les frais aux consommateurs. Cette situation fera également augmenter le prix que les consommateurs paieront à la caisse ou en ligne.

Ventes au détail transfrontalières et mobiles en ligne au Royaume-Uni, données historiques et prévisions (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Catégorie 2016 2019 2020 TCAC* % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Commerce électronique transfrontalier 66 330,0 90 474,8 117 554,0 15,4 128 995,4 175 765,1 8,0
Commerce électronique étranger 5 080,9 9 065,6 10 168,4 18,9 10 732,4 12 567,2 4,0
Commerce électronique intérieur 61 249,1 81 409,3 107 385,5 15,1 118 263,0 163 197,9 8,4
Commerce électronique mobile 31 175,1 52 927,8 69 356,8 22,1 79 977,1 121 277,9 11,0

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Commerce électronique mobile

Parce que les internautes souhaitent avoir accès instantanément à des services, à quoi s'ajoute la nécessité accrue de l'accès Internet à l'aide d'un appareil mobile partout et en tout temps, l'infrastructure numérique mobile est devenue une priorité dans la politique numérique du gouvernement et dans les stratégies des entreprises de télécommunications. Par conséquent, l'élargissement du réseau 5G et les améliorations prévues de la connectivité mobile font partie intégrante de la croissance du commerce électronique mobile. En 2019, le gouvernement a annoncé qu'il prévoyait investir 1 milliard de GBP pour améliorer la connectivité mobile, en collaboration avec les exploitants de services de télécommunications en régions rurales, et offrir la couverture 4G à 95 % du Royaume-Uni d'ici 2025. En plus des autres investissements annoncés en 2020, le gouvernement a affecté des montants, qui comprenaient 200 millions de GBP pour améliorer la connectivité mobile à bord des trains et le long des voies ferrées.

La propriété d'un téléphone intelligent et d'autres appareils portatifs s'accroît et le commerce électronique mobile devient un aspect intégral des habitudes et des interactions des consommateurs. Avec la couverture 5G en pleine évolution et la connectivité mobile à la grandeur du pays, le commerce électronique mobile est en bonne voie de devenir le principal canal, à la fois pour les achats à distance et pour les paiements de proximité. Les ventes au détail réalisées grâce au commerce électronique mobile se sont accrues, pour passer de 31,2 G$ US en 2016 à 69,3 G$ US en 2020 et enregistrer un TCAC de 22,1 % au cours de cette période, ce qui fait ressortir la croissance rapide qu'elles ont connue, tout particulièrement entre 2019 et 2020, quand les ventes au détail réalisées grâce au commerce électronique mobile ont grimpé de 31 %. Même si le commerce électronique à distance à l'aide d'un ordinateur personnel conservait la plus large part du marché en 2016, le commerce électronique mobile devrait dépasser les ventes en ligne à distance réalisées à l'aide d'un ordinateur personnel d'ici 2023. Or, pour ce qui est des ventes globales de biens et services, le commerce électronique mobile a déjà dépassé les ventes en ligne conclues à l'aide d'un ordinateur personnel. En 2020, les ventes de biens et services réalisées grâce au commerce électronique mobile étaient évaluées à 132 G$ US, contre 46 G$ US en 2016, pour enregistrer un TCAC de 30,1 % durant cette période, ce qui en fait l'une des industries du commerce électronique qui a connu la croissance la plus rapide des biens et services, comparativement à 103 G$ US pour les ventes en ligne faites à l'aide d'un ordinateur personnel. Pour les achats de proximité, le commerce électronique mobile demeure prédominant, affichant une croissance à un rythme historiquement rapide, car les paiements sans contact se sont accélérés pendant la pandémie et qu'ils demeureront concurrentiels et remplaceront possiblement les cartes sans contact puisque les limites des achats sans contact ne s'appliquent pas aux appareils. Toutefois, les cartes sans contact pourraient continuer de conserver une part importante du marché des achats de proximité parce que les membres des générations plus âgées continuent de les utiliser, car elles leur paraissent simples. L'adoption grandissante des paiements sans contact à l'aide d'un appareil mobile devrait offrir de bonnes possibilités d'assurer la croissance de la valeur accrue des transactions pendant la période postérieure à la pandémie dans des industries telles que l'hébergement et les voyages.

Sécurité numérique

À mesure que l'infrastructure numérique et la technologie continuent de prendre de l'expansion et d'évoluer, et que la croissance du commerce électronique et des transactions en ligne augmente, la protection des données et l'élimination de la cybercriminalité sont mises en lumière quand il est question de l'élaboration de politiques et de recherches au sein du gouvernement du Royaume-Uni. La pandémie a fait ressortir les vulnérabilités de la sécurité numérique puisque des groupes de clients nouveaux et non familiers, comme les personnes âgées, sont devenus la cible de cybercriminels, ce qui a entraîné des déclarations de fraude en ligne. Les principaux exploitants de cartes de crédit, comme Visa, American Express, Mastercard et Discover, se sont réunis pour lancer un système de paiement sécurisé et unifié, le Click to Pay, qui est plus sécuritaire, car il élimine la nécessité d'entrer les détails de la carte sur les sites des marchands. En 2020, le gouvernement du Royaume-Uni a aboli l'utilisation de l'équipement de Huawei sur les réseaux 5G en raison de préoccupations liées à l'espionnage et il a renforcé la réglementation dans des domaines tels que les cryptomonnaies et d'autres industries numériques. Puisque la tendance au commerce électronique devrait devenir permanente et que les consommateurs se préoccupent davantage de la sécurité en ligne, cette question demeurera importante, à mesure que les achats numériques continueront d'augmenter.

Écosystème du commerce électronique

Le Royaume-Uni est l'un des cybermarchés les plus évolués au monde et le plus important d'Europe. Il offre un environnement très diversifié, qui permet aux entreprises d'avoir accès à une foule d'approches et de modèles dans le secteur des ventes au détail sur Internet. Les revenus découlant du commerce électronique affichent constamment une forte croissance puisque les acheteurs du Royaume-Uni aiment la commodité que les sites en ligne leur offrent grâce au pourcentage élevé d'accès des consommateurs à l'aide d'un appareil mobile et aux économies croissantes découlant de l'approvisionnement en produits provenant d'autres marchés. L'infrastructure bien développée du Royaume-Uni a permis à des intervenants clés de l'économie Internet, sous la direction des entreprises FAANG (Facebook, Apple, Amazon, Netflix et Google), de continuer de renforcer leur présence et la sensibilisation des consommateurs. Les marchés intérieurs au Royaume-Uni jouissent également d'une popularité et d'une croissance soutenues, surtout après le Brexit, comme ASOS, Argos et Ocado. Les taux élevés de connectivité mobile et le grand pourcentage d'accès Internet dans la population permettent une croissance accrue du commerce électronique mobile, qui profite des investissements que l'industrie a faits pendant des décennies. ASOS Plc, qui est l'un des principaux détaillants en ligne non diversifiés, a souligné dans son rapport annuel de 2020 que 85,5 % des visites totales de ses sites Web étaient faites à partir d'un appareil mobileNote de bas de page 4.

Dans un sondage auprès de résidents du Royaume-Uni, 95 % des répondants ont dit avoir fait des achats en ligne en 2020Note de bas de page 5. Les consommateurs du Royaume-Uni ont des habitudes de magasinage en ligne très pointues et adoptent rapidement de nouvelles façons d'acquérir des produits et services. Dernièrement, en raison de la pandémie de COVID-19, les grands magasins de vente au détail intérieurs, notamment Sainsbury, Tesco, John Lewis, Next et Very, ont accru leurs investissements dans les opérations en ligne afin de soutenir la concurrence des autres détaillants sur le marché international.

Types de commerce électronique

Commerce électronique entre entreprises (B2B)

Cette expression renvoie au commerce entre deux entreprises plutôt qu'au commerce entre une entreprise et un consommateur. Les achats sont utilisés comme une matière première ou comme un service visant à améliorer l'entreprise, ou ils peuvent être utilisés à des fins de revente. Les exemples de marchés de commerce électronique B2B au Royaume-Uni comprennent FashionTIY, eSources et Businessmagnet.

Commerce électronique entre entreprises et consommateurs (B2C)

Cette expression renvoie au commerce entre une entreprise et un particulier (c'est la version virtuelle des magasins physiques). Il s'agit du type le plus courant de commerce électronique au Royaume-Uni. Les exemples de marchés B2C comprennent Amazon, Wish et onBuy.

Commerce électronique de consommateur à consommateur (C2C)

Ce modèle de commerce électronique permet de transiger des produits et des services entre deux consommateurs, tandis qu'un tiers crée un site et une plateforme de paiement. Les exemples de marchés C2C au Royaume-Uni comprennent eBay, Etsy et Gumtree.

Paiement et livraison

La croissance enregistrée et la demande de commerce électronique reçue par les détaillants du Royaume-Uni en 2020 a fait ressortir les contraintes et limites opérationnelles, mettant les entreprises au défi de régler des problèmes en matière de logistique, d'exécution des commandes et de livraison des produits. Étant donné le haut niveau de développement du commerce électronique au Royaume-Uni, les détaillants qui disposent de modèles multicanaux bien établis et les intervenants du commerce électronique uniques ont engagé des investissements importants dans la restructuration de leur modèle opérationnel et la réponse à la demande excédentaire de commandes en ligne.

Les paiements en ligne sont généralement faits à l'aide d'une carte financière ou d'un système de paiement en ligne, le dernier étant dominé par Paypal. Paypal est le choix du plus grand nombre en raison de sa vitesse et de sa sécurité, puisque les utilisateurs enregistrent leur carte de crédit ou de débit dans le système pour pouvoir payer facilement en ligne. Paypal a également lancé Paypal Credit en 2016, qui offre des régimes de paiement sans intérêt pour les commandes de plus de 150 GBP. Cependant, tous les cyberdétaillants n'acceptent pas Paypal. Amazon encourage notamment les utilisateurs à payer à l'aide de son propre service de paiement, Amazon Pay. Le paiement en espèces à la livraison est négligeable au Royaume-Uni et sert généralement à payer un montant minime des ventes C2C sur les marchés en ligne. Même pour les commandes de retrait en magasin, les détaillants exigent généralement le paiement préalable en ligne.

Pour l'exécution des commandes et la livraison, il existe une foule de services de livraison avec lesquels les entreprises peuvent collaborer. En 2020, les plus grands intervenants étaient Royal Mail, qui représentait 35 % des expéditions de colis par volume, Amazon Logistics (15 %); Hermes (10 %); UPS (8 %) et DHL (7 %)Note de bas de page 6. Ces entreprises d'exécution privées s'associent souvent à des entreprises de commerce électronique pour offrir des services supplémentaires, allant de l'entreposage des biens au soutien lié au retour de la marchandise.

Commerce électronique mobile

Le commerce électronique de détail mobile a connu une croissance de 31,2 G$ US en 2016 à 69,3 G$ US en 2020, enregistrant un TCAC de 22,1 % au cours de cette période, ce qui démontre bien la croissance rapide qu'il a connue, tout spécialement entre 2019 et 2020, alors que les ventes au détail en ligne de biens et services à l'aide d'un appareil mobile ont fait un bond de 31 %. Le commerce électronique mobile a connu l'une des croissances des ventes du commerce électronique les plus rapides par appareil, soit de 46,1 G$ US en 2016 à 132,3 G$ US en 2020, pour enregistrer un TCAC de 30,1 % et une augmentation des ventes de 15,0 % de 2019 à 2020. Même si la tendance à utiliser un appareil mobile existait avant l'arrivée des générations plus jeunes, qui se servent de plus en plus de leur pouvoir d'achat grâce au commerce électronique, les effets de la pandémie de COVID-19 ont accéléré cette tendance, parce qu'il est devenu l'un des principaux outils d'accès au monde extérieur, pendant que le Royaume-Uni était soumis à de lourdes mesures de confinement et qu'il devait respecter l'ordre de rester à la maison en 2020.

Puisque l'omnicanal a gagné en importance dans les stratégies opérationnelles de ventes au détail, la connexion des clients grâce à des plateformes mobiles, l'optimisation des sites pour qu'ils soient adaptés aux appareils mobiles et la création d'applications mobiles sont devenues un élément majeur de l'engagement entre les détaillants et les consommateurs, à mesure que les détaillants essaient de concevoir des façons d'accroître l'engagement des consommateurs et de les garder sur leurs plateformes de commerce électronique grâce à la personnalisation et à d'autres stratégies de marketing numérique, comme les points de récompense, les offres et promotions personnalisées. Les détaillants devraient continuer de se concentrer sur les plateformes mobiles comme principale stratégie pour participer au commerce électronique.

Les portefeuilles électroniques ou les paiements à l'aide d'un appareil mobile grâce à un portefeuille numérique, comme Paypal ou Tap, pour payer des services, ont connu une popularité grandissante en 2020. Puisque la population fait la transition des modes de paiement en espèces au paiement sans contact en raison des préoccupations pour la santé liées à la COVID-19, de nombreuses personnes choisissent d'utiliser un portefeuille numérique, qui est une forme de paiement pratique faisant appel à l'identification biométrique, et parce que la limite des montants sans contact ne s'applique pas (par opposition aux cartes sans contact), ce qui s'ajoute à l'accessibilité et à la commodité des portefeuilles numériques. À mesure qu'un nombre croissant de sites de commerce électronique et de canaux intégreront les paiements à l'aide d'un portefeuille numérique dans leurs modes de paiement, des services tels que Apple Pay et Google Pay deviendront la norme en raison de leurs modes de paiement en une seule touche.

La croissance du commerce mobile et du commerce électronique assurera également l'augmentation du nombre de robots conversationnels et de services d'intelligence artificielle (IA) qui peuvent fournir des services à la clientèle 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Les services d'IA sont considérés être un outil de marketing fondamental pour les détaillants, car ils donnent des conseils et des recommandations aux consommateurs quand ils font des achats à l'aide d'un appareil mobile, et les entreprises continueront d'investir dans ces services d'IA et d'en développer afin de personnaliser et d'améliorer l'expérience des consommateurs, ainsi que de leur offrir la facilité d'accès.

Commerce électronique des biens et services par appareil et par emplacement du payeur au Royaume-Uni, données historiques et prévisions (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Catégorie 2016 2019 2020 TCAC* % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Commerce électronique (biens et services) 171 490,7 257 315,1 277 972,9 12,8 330 037,5 559 353,0 14,1
Commerce électronique (biens et services) par emplacement du payeur 171 630,4 257 626,1 278 944,3 12,9 331 492,1 561 670,7 14,1
Commerce électronique dans un emplacement de proximité 18 825,0 54 368,9 56 810,5 31,8 77 659,0 208 431,3 28,0
Commerce électronique dans un emplacement éloigné 152 805,4 203 257,2 222 133,8 9,8 253 833,2 353 239,5 8,6
Commerce électronique (biens et services) par appareil 171 630,4 257 626,1 278 944,3 12,9 331 492,1 561 670,7 14,1
Commerce électronique mobile 46 093,1 114 981,3 132 254,7 30,1 171 254,1 368 657,6 21,1
Commerce électronique à l'aide d'un ordinateur personnel 92 164,0 102 129,6 103 173,9 2,9 111 716,7 131 795,7 4,2
Commerce électronique à l'aide d'une tablette 32 469,0 37 305,9 40 062,7 5,4 43 695,6 49 199,7 3,0
Commerce électronique à l'aide d'un dispositif portatif[1] 764,5 2 633,7 2 145,4 29,4 2 919,9 8 722,4 31,5
Commerce électronique à l'aide d'autres appareils 139,7 575,7 1 307,6 74,9 1 905,8 3 295,4 14,7

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

1 : Un dispositif portatif est considéré être un appareil électronique conçu pour être porté par l'utilisateur, habituellement au poignet ou à la tête. Même si ces chiffres sont indépendants de la technologie, la transaction de paiement mise sur une technologie, comme Near Field Communications, Bluetooth Low Energy ou les lecteurs de codes à barres, afin d’exécuter le paiement. Ce genre de paiement peut également porter le nom de paiement en personne ou de paiement en magasin dans l’environnement de vente au détail.

Commerce électronique de détail

Le commerce électronique de détail au Royaume-Uni s'est considérablement accru en 2020 puisque la valeur des ventes courantes a grimpé de 29,9 % en 2019, comparativement à 90,5 G$ US, pour s'établir à 117,6 G$ US en 2020, malgré l'écosystème du commerce électronique déjà bien développé et bien établi qui existait dans l'industrie des ventes au détail. Le principal facteur qui explique cette croissance record est la forte dépendance à l'égard des achats en ligne pendant la pandémie de COVID-19, surtout pour les ventes d'épicerie en ligne. En 2020, le gouvernement du Royaume-Uni a imposé trois périodes de confinement à l'échelle nationale et d'autres restrictions au niveau local, autorisant uniquement les détaillants essentiels à exploiter leur entreprise. En raison de ces restrictions de la mobilité et de la fermeture temporaire des magasins, une grande proportion de consommateurs a commencé à faire ses achats sur des plateformes en ligne, ce qui a entraîné une demande massive et la croissance des ventes du commerce électronique, et, par la suite, la croissance marquée des entreprises de commerce électronique pur et des grands magasins qui exploitaient leurs activités en ligne, en insistant sur les intervenants qui étaient déjà sur le cybermarché.

La croissance s'est accélérée pendant la deuxième moitié de 2020, puisque les ventes au détail saisonnières établies, comme le vendredi fou (« Black Friday »), le « cyber week-end » et le temps des Fêtes, ont toutes été touchées par les restrictions du gouvernement. Puisque le vendredi fou et le « cyber week-end » ont eu lieu pendant la deuxième période de confinement à l'échelle nationale, les consommateurs n'ont eu d'autre choix que d'acheter des produits à rabais en ligne. Une situation semblable s'est produite dans le temps des Fêtes, ce qui a stimulé davantage les ventes en ligne. Cette transition rapide et sans précédent aux achats en ligne a accru non seulement la demande de produits vendus en ligne, mais encore elle s'est traduite par l'arrivée d'un nouveau groupe démographique composé de consommateurs plus âgés, qui n'était pas familier avec le magasinage en ligne. Néanmoins, la demande de ce nouveau groupe démographique sur le cybermarché devrait diminuer à mesure que la pandémie prendra fin et que les ventes au détail en magasin reprendront dans les magasins physiques traditionnels.

Les ventes au détail en magasin représentaient 74,9 % (364,6 G$ US) des ventes au détail en 2020, tandis que les ventes au détail hors magasin constituaient les 25,1 % (122 G$ US) restants. Le commerce électronique était le point de vente au détail hors magasin le plus important par rapport aux canaux des ventes directes, des distributrices et des ventes au détail à domicile au Royaume-Uni, accaparant 96,4 % (117,6 G$ US) des ventes au détail hors magasin. Les ventes au détail en magasin ont reculé d'un TCAC de −1,4 % pendant la période allant de 2016 à 2020, surtout en raison de la pandémie de COVID-19, au cours de laquelle les ventes en magasin ont diminué de 7,9 % entre 2019 et 2020, soit de 395,9 G$ US à 364,6 G$ US. Les ventes au détail hors magasin ont connu une croissance à deux chiffres pendant cette période, surtout grâce à la croissance rapide des ventes au détail en ligne, pour enregistrer un TCAC de 13,8 % entre 2016 et 2020.

Même si le commerce électronique de détail au Royaume-Uni a connu une croissance à deux chiffres de 2016 à 2020, avec un TCAC de 15,4 %, cette croissance devrait ralentir pendant la prochaine période, puisqu'on prévoit un TCAC de 8 % pendant la période des prévisions allant de 2021 à 2025, soit de 129 G$ US à 175,8 G$ US d'ici 2025. Par ailleurs, les ventes au détail réalisées grâce au commerce électronique étranger devraient parvenir à leur pleine maturité, puisque l'accord sur le Brexit ralentit la croissance des ventes et qu'il a une incidence négative sur le rendement du commerce électronique étranger, à mesure que le commerce électronique intérieur prend de l'expansion, sous l'impulsion des générations plus âgées qui sont moins susceptibles d'acheter des produits de l'étranger, et des options d'achats intérieurs plus rapides et sans taxe sur la valeur ajoutée (TVA) supplémentaire, ce qui donne une croissance positive continue, mais bien plus lente, du commerce électronique étranger.

Les ventes au détail omni-canal sont axées sur le consommateur et devraient connaître une croissance, tant dans le commerce électronique qu'auprès des détaillants en magasin. Même si de nombreux détaillants ont déjà des opérations multicanaux, la pandémie de COVID-19 a accéléré cette tendance puisqu'un plus grand nombre de détaillants de magasins physiques traditionnels font la transition à un modèle omni-canal et brouillent la ligne de démarcation entre les opérations en magasin et en ligne.

Répartition des ventes au détail pour le canal hors magasin au Royaume-Uni, données historiques et prévisions (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Catégorie 2016 2019 2020 TCAC* % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Ventes au détail (totales) 458 032,6 491 343,2 486 599,3 1,5 506 087,9 595 169,0 4,1
Ventes au détail en magasin 385 314,1 395 915,0 364 613,4 −1,4 372 766,6 415 863,8 2,8
Ventes au détail hors magasin 72 718,5 95 428,2 121 985,9 13,8 133 321,3 179 305,2 7,7
Ventes directes 1 630,4 1 335,1 1 355,2 −4,5 1 357,2 1 231,6 −2,4
Achats à domicile 4 189,9 2 999,0 2 550,0 −11,7 2 320,5 1 519,1 −10,0
Distributeurs automatiques 568,2 619,2 526,8 −1,9 648,3 789,3 5,0
Commerce électronique 66 330,0 90 474,8 117 554,0 15,4 128 995,4 175 765,1 8,0

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Pour les produits, le commerce électronique des aliments et boissons a connu la croissance la plus marquée en 2020. À mesure que les magasins physiques fermaient leurs portes en raison de la pandémie, les détaillants d'alimentation étaient autorisés à demeurer ouverts parce qu'ils étaient des services essentiels. Malgré tout, un plus grand nombre de personnes se sont tournées vers des canaux en ligne pour acquérir leur épicerie et d'autres produits alimentaires et de boissons, ce qui a stimulé la demande de ventes en ligne d'aliments et boissons, dont la taille a presque doublé pour ce qui est de la valeur des ventes entre 2019 et 2020, passant de 10,6 G$ US en 2019 à 18,8 G$ US en 2020, soit une hausse de 77,7 %. Une partie de cette croissance est attribuable aux comportements causés par la pandémie, comme la fièvre d'achat et l'accumulation de réserves par crainte d'une pénurie au début du confinement, en mars 2020. Les consommateurs ont commencé à faire des réserves de produits ayant une longue durée de conservation, comme la farine, le riz et les pâtes.

Les aliments et boissons représentaient la deuxième catégorie de produits en importance pour les ventes au détail en ligne en 2020, soit 18,8 G$ US ou 16,0 % des ventes au détail en ligne totales. Il s'agit également de la catégorie de produits du commerce électronique dont la croissance a été la plus rapide, avec un TCAC de 24,1 % entre 2016 et 2020, même si cette croissance devrait ralentir pour être ramenée à un TCAC de 6,0 % entre 2021 et 2025, à mesure que le pays sortira du confinement de la pandémie et que les gens se sentiront plus à l'aise d'acheter leur épicerie en personne.

En réaction à la demande fulgurante de ventes en ligne d'aliments et boissons, les détaillants d'alimentation ont commencé à investir abondamment dans le commerce électronique, pour s'adapter à la situation courante en perfectionnant leur écosystème de commerce électronique, notamment en améliorant les services de livraison à domicile et les capacités de retrait en magasin, qui permettaient aux consommateurs de passer leur commande en ligne avant d'aller la chercher dans un magasin à une heure prévue. Les principaux détaillants d'alimentation, notamment les détaillants d'alimentation à rabais, canal qui hésite depuis longtemps à explorer le commerce électronique en raison des coûts élevés associés à l'établissement des activités de livraison, se sont associés à des services tiers hyperlocaux de livraison d'aliments, comme Uber Eats, Just Eat et Deliveroo.

La croissance des ventes au détail de boîtes d'ingrédients est une tendance qui a connu un essor dans l'industrie des aliments et boissons au Royaume-Uni en 2020, car les consommateurs étaient incités à cuisiner à la maison pendant les restrictions liées à la pandémie et les ordres de rester à la maison. Cela a eu pour effet de faire augmenter la demande d'ingrédients de cuisine, qui a accru la demande et la popularité des détaillants qui offraient des boîtes d'ingrédients contenant des recettes saines et nutritives que les consommateurs pouvaient préparer en suivant des directives simples. Des détaillants, comme HelloFresh et sa « boîte de recettes », ont affirmé une tendance de plus en plus prometteuse de cette idée sur le marché du Royaume-Uni, parce que leur entreprise offrait une solution de rechange pratique et possiblement plus saine aux options de livraison de services alimentaires plus dispendieuses. Des concepts semblables devraient continuer de gagner en popularité à mesure que le travail à distance devient la nouvelle norme dans la perspective à moyen terme de la pandémie en 2021 et par la suite.

Les autres catégories de produits dont les ventes en ligne étaient élevées au Royaume-Uni comprennent les vêtements et chaussures (19,1 G$ US), les produits médiatiques (9,5 G$ US) et les appareils électroniques grand public (8,8 G$ US). Les produits de santé grand public (1,3 G$ US) et de soins pour animaux de compagnie (734,3 G$ US) étaient les 11e et 12e catégories de produits en importance, dont les ventes du commerce électronique étaient les plus élevées en 2020.

Ventes au détail en ligne par catégorie de produits au Royaume-Uni, données historiques et prévisions (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Catégorie 2016 2019 2020 TCAC* % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Total - commerce électronique 66 330,0 90 474,8 117 554,0 15,4 128 995,4 175 765,1 8,0
Autres ventes en ligne 22 413,1 31 061,1 36 701,5 13,1 48 009,4 77 884,3 12,9
Ventes en ligne de vêtements et chaussures 10 494,7 15 672,1 19 077,4 16,1 20 018,2 22 793,7 3,3
Ventes en ligne d'aliments et boissons 7 929,2 10 597,9 18 833,6 24,1 17 830,9 22 492,3 6,0
Ventes en ligne de produits médiatiques 6 611,1 8 987,1 9 529,7 9,6 10 223,4 12 703,4 5,6
Ventes en ligne d'appareils électroniques grand public 5 554,4 6 874,2 8 840,3 12,3 9 395,9 11 308,1 4,7
Ventes en ligne d'articles de maison et d'ameublement 3 321,8 4 333,3 6 703,4 19,2 6 573,0 7 842,1 4,5
Ventes en ligne d'appareils ménagers 2 638,4 3 008,6 4 446,3 13,9 4 056,6 4 211,4 0,9
Ventes en ligne de rénovation et jardinage 1 740,7 2 529,2 3 615,4 20,0 3 204,9 3 982,7 5,6
Ventes en ligne d'accessoires personnels et articles de lunetterie 1 570,2 2 178,0 2 728,0 14,8 2 527,9 3 291,2 6,8
Ventes en ligne de produits de beauté et de soins personnels 1 512,4 1 790,5 2 503,0 13,4 2 188,4 2 508,5 3,5
Ventes en ligne de jouets et jeux traditionnels 900,8 1 095,5 1 499,5 13,6 1 766,9 2 132,1 4,8
Ventes en ligne de produits de santé grand public 615,6 1 036,2 1 324,7 21,1 1 300,2 2 274,5 15,0
Ventes en ligne de produits de soins pour animaux de compagnie 447,4 536,8 734,3 13,2 746,3 873,7 4,0
Ventes en ligne de soins à domicile 270,9 422,4 552,2 19,5 559,2 754,2 7,8
Ventes en ligne de logiciels de jeux vidéo 309,1 351,9 464,8 10,7 594,2 712,8 4,7

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Commerce électronique selon le secteur alimentaire : aperçu du marché des aliments emballés

Le marché des aliments emballés au Royaume-Uni a subi des changements majeurs en 2020. Comme dans de nombreuses autres industries du secteur alimentaire, les restrictions liées à la pandémie de COVID-19 ont modifié le comportement des consommateurs et leurs modes d'achat de biens. Quand les options offertes aux consommateurs du Royaume-Uni étaient limitées par les mesures de confinement, les services de salles à manger étaient fermés et des pratiques de travail à distance étaient adoptées, on a assisté à une augmentation de la consommation à domicile d'aliments emballés achetés dans les canaux de vente au détail. Ces modèles de consommation sont demeurés en place, du moins en partie, même après l'assouplissement des mesures de confinement, puisque les points de vente des services alimentaires devaient fonctionner avec des capacités réduites pour maintenir la distanciation sociale. Les consommateurs se préoccupent toujours des normes de santé et sécurité à l'extérieur de leur domicile et le public craint encore de contracter la COVID-19. En outre, les consommateurs continuent de se soucier davantage de leur budget en raison de l'incidence économique du confinement, ce qui maintient la tendance à dépenser plus pour la cuisine à domicile et le travail à distance et à profiter des bienfaits des ingrédients de cuisine et des repas emballés pour le petit-déjeuner, notamment les tartinades sucrées, le beurre et les céréales pour le petit-déjeuner, ainsi que les viandes transformées, comme le bacon et la saucisse.

La fièvre d'achat et l'accumulation de réserves d'aliments ayant une longue durée de conservation en réaction à la pandémie ont entraîné une augmentation de la demande d'aliments emballés ayant une longue durée de conservation et un prix peu dispendieux en 2020. Les pâtes sèches, qui sont des produits alimentaires de base, s'en sont mieux tirées que les pâtes réfrigérées et leurs ventes ont enregistré une hausse, ce qui a obligé les détaillants à imposer des restrictions quant au nombre d'unités achetées par consommateur. Parmi les produits laitiers emballés, on a constaté une tendance à remplacer les produits frais par des produits UHT (à ultra-haute température) pendant la période de confinement, tandis que la demande de plats cuisinés réfrigérés a diminué, à mesure que les consommateurs se tournaient vers des solutions de rechange congelées et de longue conservation. Cette transition des aliments emballés réfrigérés aux produits ayant une longue durée de conservation a fait grimper les ventes au détail dans le deuxième cas. Avant la pandémie, ces produits souffraient de la perception d'être artificiels et subissaient l'incidence négative des tendances à la santé et au mieux-être.

En 2020, les ventes au détail globales de produits alimentaires emballés au Royaume-Uni se sont chiffrées à 88,5 G$ US, en hausse par rapport à 77,5 G$ US en 2016, pour afficher un TCAC de 3,4 % pendant la période, ainsi qu'une augmentation de 6,1 % comparativement à 2019 (83,4 G$ US). Les trois produits dans la catégorie des aliments emballés dont les ventes au détail étaient les plus élevées en 2020 étaient les suivants : les produits laitiers, soit 16,8 G$ US; les confiseries, 12,1 G$ US, et les viandes et produits de la mer transformés, 11,9 G$ US. Les produits qui ont enregistré la croissance la plus marquée entre 2016 et 2020 étaient les suivants : les huiles comestibles, qui ont enregistré un TCAC de 6,8 %; le riz, les pâtes alimentaires et les nouilles, avec un TCAC de 6,0 %; ainsi que la crème glacée et les desserts congelés, avec un TCAC de 5,4 %. Les viandes et produits de la mer transformés devraient l'emporter sur les confiseries d'ici 2025, tandis que la crème glacée et les desserts congelés devraient connaître la croissance la plus forte pendant la période allant de 2021 à 2025, le TCAC prévu étant de 6,5 %.

Les principaux détaillants d'alimentation du Royaume-Uni en 2020 étaient Tesco Plc, qui occupait 23,5 % du marché, suivi de J Sainsbury Plc (11,9 %) et de Walmart Inc. (10,6 %). Tesco demeure le premier détaillant d'alimentation au Royaume-Uni et les cinq principaux détaillants d'alimentation occupent 60,6 % du marché total.

Ventes au détail d'aliments emballés au Royaume-Uni de 2016 à 2025, données historiques et prévisions (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Catégorie 2016 2019 2020 TCAC* % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Aliments emballés (total) 77 513,9 83 419,1 88 483,9 3,4 90 147,4 102 987,2 3,4
Produits laitiers 14 683,1 15 726,7 16 777,4 3,4 17 076,2 19 830,4 3,8
Confiseries 11 545,3 12 026,4 12 143,1 1,3 12 226,3 13 508,4 2,5
Viandes et produits de la mer transformés 10 399,4 10 998,0 11 945,1 3,5 12 156,5 14 233,1 4,0
Produits de boulangerie 8 356,4 9 157,2 9 713,4 3,8 10 009,6 11 598,8 3,8
Collations salées 7 148,8 7 693,3 8 716,4 5,1 8 396,3 9 961,8 4,4
Plats cuisinés 6 387,6 7 227,1 7 566,1 4,3 7 809,4 9 053,0 3,8
Biscuits sucrés, barres tendres et collations de fruits 4 161,7 4 574,7 4 697,7 3,1 4 795,2 5 721,6 4,5
Sauces, vinaigrettes et condiments 3 755,5 3 967,5 4 242,8 3,1 4 364,5 5 117,2 4,1
Fruits et légumes transformés 2 973,8 3 201,3 3 433,8 3,7 3 499,9 4 017,5 3,5
Crème glacée et desserts congelés 2 659,1 3 062,0 3 287,9 5,4 3 502,5 4 502,4 6,5
Céréales pour petit-déjeuner 2 420,6 2 475,6 2 589,3 1,7 2 624,1 2 923,5 2,7
Riz, pâtes alimentaires et nouilles 1 709,4 1 869,9 2 156,1 6,0 2 234,0 2 788,3 5,7
Aliments pour bébés 1 089,1 1 192,1 1 241,4 3,3 1 272,8 1 453,8 3,4
Soupe 833,7 796,7 824,0 −0,3 827,7 889,9 1,8
Tartinades sucrées 685,6 769,2 822,3 4,6 839,9 969,3 3,6
Huiles comestibles 484,1 584,6 631,1 6,8 653,1 778,5 4,5

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Les 10 principaux détaillants d'alimentation au Royaume-Uni de 2016 à 2020, données historiques (part en % du marché des entreprises)
Entreprises 2016 2017 2018 2019 2020
Tesco Plc 21,6 21,8 23,7 23,7 23,5
J Sainsbury Plc 12,5 12,4 12,2 12,0 11,9
Walmart Inc. 11,6 11,2 11,1 10,9 10,6
Wm Morrison Supermarkets Plc 8,2 8,0 7,9 7,7 7,8
Aldi Group 5,2 5,9 6,2 6,7 6,8
Co-operative Group Ltd., The 4,9 4,8 4,8 4,9 5,2
Schwarz Beteiligungs GmbH 3,2 3,7 3,8 4,1 4,1
John Lewis Partnership Plc 3,7 3,7 3,7 3,6 3,6
Marks & Spencer Plc 3,4 3,4 3,3 3,3 3,4
Internationale Spar Centrale BV 1,8 1,7 1,8 1,8 1,8
Source : Euromonitor, 2021

Commerce électronique selon le secteur alimentaire : commerce électronique des aliments emballés

En réaction à la pandémie de COVID-19, les fabricants d'aliments emballés ont répondu aux demandes des consommateurs et accru leur participation numérique, tant en matière de marketing que de ventes au détail en ligne. Les ordres de rester à la maison et les restrictions ont mis l'utilisation des médias numériques sur le devant de la scène et les détaillants d'aliments emballés ont aussi cherché à améliorer la disponibilité de leurs produits grâce au commerce électronique.

En 2020, les aliments emballés représentaient 9,7 % (8,6 G$ US) des ventes au détail totales de produits alimentaires emballés, soit 97,9 % de toutes les ventes au détail d'aliments emballés hors magasin, tandis que les ventes au détail en magasin représentaient 90,1 % (79,7 G$ US) des ventes au détail totales de produits alimentaires emballés. Toutefois, le commerce électronique est le canal de vente au détail de produits alimentaires emballés dont la croissance a été la plus rapide, enregistrant un TCAC de 22,7 % pendant la période allant de 2016 à 2020 et une croissance massive entre 2019 et 2020, allant de 4,9 G$ US à 8,6 G$ US, ce qui donne un bond de 73,7 % par rapport à 2019.

Répartition des ventes au détail d'aliments emballés au Royaume-Uni de 2016 à 2020 (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Type de point de vente 2016 2017 2018 2019 2020 TCAC* % 2016-2020
Ventes au détail d'aliments emballés (totales) 77 514,0 79 274,0 81 402,1 83 419,2 88 483,9 3,4
Ventes au détail en magasin 73 524,3 74 919,5 76 663,4 78 270,8 79 732,0 2,0
Détaillants en alimentation 70 904,7 72 139,5 74 043,1 75 451,5 76 981,4 2,1
Détaillants en alimentation modernes 63 862,7 64 913,0 66 704,7 68 001,1 70 144,8 2,4
Dépanneurs 7 347,6 7 687,1 8 024,3 8 393,1 8 186,7 2,7
Magasins de ventes au rabais 9 304,0 9 903,4 10 429,9 10 909,2 11 624,6 5,7
Détaillants rattachés à une station-service 1 718,9 1 724,2 1 767,9 1 795,7 1 256,5 −7,5
Hypermarchés 21 821,0 22 451,9 23 161,7 23 900,4 25 083,9 3,5
Supermarchés 23 671,2 23 146,4 23 320,9 23 002,7 23 993,1 0,3
Détaillants en alimentation traditionnels 7 042,0 7 226,5 7 338,4 7 450,4 6 836,6 −0,7
Spécialistes des aliments/ boissons/produits du tabac 2 389,5 2 479,0 2 544,7 2 624,5 2 587,6 2,0
Petits épiciers indépendants 2 845,3 2 881,3 2 930,0 2 994,8 2 742,6 −0,9
Autres détaillants en alimentation 1 807,2 1 866,3 1 863,7 1 831,1 1 506,4 −4,4
Spécialistes autres que les détaillants en alimentation 1 505,0 1 638,7 1 426,9 1 592,0 1 494,7 −0,2
Détaillants spécialisés en santé et en esthétique 695,0 721,2 742,6 764,4 782,5 3,0
Détaillants spécialisés en aliments autres que les détaillants en alimentation 810,0 917,5 684,4 827,6 712,1 −3,2
Détaillants de produits divers 1 114,6 1 141,3 1 193,4 1 227,3 1 255,9 3,0
Ventes au détail hors magasin 3 989,7 4 354,5 4 738,6 5 148,4 8 751,9 21,7
Distributeurs automatiques 203,3 207,4 203,9 214,5 181,0 −2,9
Achats à domicile
Commerce électronique 3 786,4 4 147,1 4 534,8 4 933,8 8 570,9 22,7
Ventes directes

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Sous les ventes au détail en ligne d'aliments emballés, les principaux produits en 2020 étaient les viandes et produits de la mer transformés, qui représentaient 22,1 % (1,9 G$ US) des ventes au détail en ligne d'aliments emballés, suivis des plats cuisinés, avec 13,6 % (1,2 G$ US), et des collations salées, avec 11,2 % (961,4 M$ US). Les cinq principaux produits alimentaires emballés représentaient 65,5 % des ventes au détail en ligne totales d'aliments emballés. Toutes les catégories de produits ont connu une croissance à deux chiffres au cours de la période allant de 2016 à 2020, les produits de boulangerie et les plats cuisinés ayant enregistré la croissance la plus marquée, dans les deux cas avec un TCAC de 27,3 % pendant cette période, suivis des fruits et légumes transformés (TCAC de 25,5 %) et des tartinades sucrées (TCAC de 23,6 %).

Ventes au détail en ligne d'aliments emballés au Royaume-Uni de 2016 à 2020, données historiques (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Catégorie 2016 2017 2018 2019 2020 TCAC* % 2016-2020
Aliments emballés (total) 3 786,4 4 147,1 4 534,8 4 933,8 8 570,9 22,7
Viandes et produits de la mer transformés 883,3 942,3 1 005,8 1 088,6 1 891,0 21,0
Plats cuisinés 441,9 509,5 583,4 669,1 1 162,3 27,3
Collations salées 464,7 511,2 552,8 593,5 961,4 19,9
Produits de boulangerie 312,1 371,8 418,2 471,7 819,3 27,3
Confiseries 492,7 523,3 578,9 627,7 778,6 12,1
Produits laitiers 310,9 329,4 352,9 368,4 640,4 19,8
Fruits et légumes transformés 255,1 299,6 331,9 363,9 632,1 25,5
Biscuits sucrés, barres tendres et collations de fruits 184,3 191,0 208,8 224,2 332,3 15,9
Céréales pour petit-déjeuner 144,1 156,0 167,0 172,5 299,7 20,1
Riz, pâtes alimentaires et nouilles 120,6 128,3 136,6 143,6 249,4 19,9
Crème glacée et desserts congelés 92,0 96,5 105,5 111,5 139,2 10,9
Sauces, vinaigrettes et condiments 58,1 62,2 66,4 72,6 126,1 21,4
Soupe 51,8 51,3 54,0 56,6 98,3 17,4
Tartinades sucrées 25,8 28,4 31,7 34,8 60,4 23,6
Huiles comestibles 21,7 24,0 26,0 27,4 47,6 21,7
Aliments pour bébés 13,3 14,5 15,8 16,3 28,3 20,8

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Selon le type de distribution, les catégories d'aliments dont la part en pourcentage de la répartition de la valeur en ligne était la plus élevée par rapport aux ventes au détail en magasin étaient : les fruits et légumes transformés (18,4 %); les viandes et produits de la mer transformés (15,8 %); les plats cuisinés (15,4 %); les soupes (11,9 %); et les céréales pour petit-déjeuner (11,6 %), ex aequo avec le riz, les pâtes alimentaires et les nouilles (11,6 %).

À mesure que les détaillants d'alimentation en magasin élargissent leurs canaux en ligne pour accroître les ventes au détail du commerce électronique, les fabricants d'aliments emballés renforcent leur engagement envers l'activité en ligne en concevant des méthodes qui leur permettent de rejoindre les consommateurs dans des canaux plus efficaces et directs. Afin de rejoindre les consommateurs, l'entreprise Danone, qui est une importante entreprise de produits laitiers et d'aliments pour bébés pour Royaume-Uni, a mis certains de ses produits Aptamil et Cow & Gate à la disposition des consommateurs, qui peuvent les acheter directement sur ses sites Web. Cette transition au commerce électronique devrait se poursuivre après l'assouplissement des restrictions et la transition à la vie postérieure à la pandémie. De nombreux consommateurs qui viennent tout récemment de prendre connaissance de la commodité du commerce électronique ont acquis des habitudes et des comportements d'achat en ligne qui dureront, ce qui sera une plateforme solide pour appuyer le développement du commerce électronique, même quand les activités sociales et économiques retourneront à la normale.

Ventes au détail en ligne d'aliments emballés au Royaume-Uni de 2016 à 2020, répartition en %, données historiques
Catégorie Type de point de vente 2016 2017 2018 2019 2020 TCAC* (%) 2016-2020
Aliments emballés (total) En magasin 94,9 94,5 94,2 93,8 90,1 −1,3
Hors magasin 5,1 5,5 5,8 6,2 9,9 17,7
En ligne 4,9 5,2 5,6 5,9 9,7 18,7
Viandes et produits de la mer transformés En magasin 91,5 91,1 90,7 90,1 84,2 −2,1
Hors magasin 8,5 8,9 9,3 9,9 15,8 16,8
En ligne 8,5 8,9 9,3 9,9 15,8 16,8
Plats cuisinés En magasin 93,1 92,3 91,6 90,7 84,6 −2,3
Hors magasin 6,9 7,7 8,4 9,3 15,4 22,1
En ligne 6,9 7,7 8,4 9,3 15,4 22,1
Collations salées En magasin 92,4 91,9 91,4 91,1 88,0 −1,2
Hors magasin 7,6 8,1 8,6 8,9 12,0 12,1
En ligne 6,5 7,0 7,4 7,7 11,0 14,1
Produits de boulangerie En magasin 96,3 95,7 95,3 94,8 91,6 −1,2
Hors magasin 3,7 4,3 4,7 5,2 8,4 22,6
En ligne 3,7 4,3 4,7 5,2 8,4 22,6
Confiseries En magasin 94,7 94,5 94,1 93,7 92,7 −0,5
Hors magasin 5,3 5,5 5,9 6,3 7,3 8,5
En ligne 4,3 4,5 4,9 5,2 6,4 10,7
Produits laitiers En magasin 97,8 97,7 97,7 97,7 96,2 −0,4
Hors magasin 2,2 2,3 2,3 2,3 3,8 14,6
En ligne 2,1 2,2 2,3 2,3 3,8 15,9
Fruits et légumes transformés En magasin 91,4 90,2 89,4 88,6 81,6 −2,8
Hors magasin 8,6 9,8 10,6 11,4 18,4 21,0
En ligne 8,6 9,8 10,6 11,4 18,4 21,0
Biscuits sucrés, barres tendres et collations de fruits En magasin 95,5 95,5 95,2 95,0 92,9 −0,7
Hors magasin 4,5 4,5 4,8 5,0 7,1 12,2
En ligne 4,4 4,5 4,7 4,9 7,1 12,4
Céréales pour petit‑déjeuner En magasin 94,0 93,6 93,2 93,0 88,4 −1,5
Hors magasin 6,0 6,4 6,8 7,0 11,6 18,1
En ligne 6,0 6,4 6,8 7,0 11,6 18,1
Riz, pâtes alimentaires et nouilles En magasin 92,9 92,7 92,5 92,3 88,4 −1,2
Hors magasin 7,1 7,3 7,5 7,7 11,6 13,2
En ligne 7,1 7,3 7,5 7,7 11,6 13,2
Crème glacée et desserts congelés En magasin 96,3 96,3 96,2 96,2 95,6 −0,2
Hors magasin 3,7 3,7 3,8 3,8 4,4 4,7
En ligne 3,5 3,5 3,6 3,6 4,2 5,2
Sauces, vinaigrettes et condiments En magasin 98,5 98,4 98,3 98,2 97,0 −0,4
Hors magasin 1,5 1,6 1,7 1,8 3,0 17,7
En ligne 1,5 1,6 1,7 1,8 3,0 17,7
Soupe En magasin 93,8 93,5 93,2 92,9 88,1 −1,6
Hors magasin 6,2 6,5 6,8 7,1 11,9 17,7
En ligne 6,2 6,5 6,8 7,1 11,9 17,7
Tartinades sucrées En magasin 96,2 96,1 95,8 95,5 92,7 −0,9
Hors magasin 3,8 3,9 4,2 4,5 7,3 18,2
En ligne 3,8 3,9 4,2 4,5 7,3 18,2
Huiles comestibles En magasin 95,5 95,4 95,3 95,3 92,5 −0,8
Hors magasin 4,5 4,6 4,7 4,7 7,5 13,9
En ligne 4,5 4,6 4,7 4,7 7,5 13,9
Aliments pour bébés En magasin 98,8 98,7 98,7 98,6 97,7 −0,3
Hors magasin 1,2 1,3 1,3 1,4 2,3 16,9
En ligne 1,2 1,3 1,3 1,4 2,3 16,9

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Commerce électronique selon le secteur alimentaire : services alimentaires en ligne

Les ventes au détail de biens et services en ligne ont totalisé 272,4 G$ US en 2020, soit une hausse par rapport à 166,8 G$ US en 2016, pour enregistrer un TCAC de 13 % au cours de cette période, et une augmentation en pourcentage de 8,4 % par rapport à 2019, ce qui représente une hausse comparativement à 251,2 G$ US. Les services alimentaires grand public étaient la deuxième plus importante industrie de produits et services en ligne pour ce qui est des ventes au détail, les ventes en ligne ayant atteint 25,2 G$ US (part du marché de 9,3 %) en 2020, soit une hausse par rapport à 9,7 G$ US en 2016 et un TCAC de 26,9 % de 2016 à 2020. Les ventes des services alimentaires devraient s'accroître pendant la prochaine période de cinq ans pour enregistrer un TCAC de 32,8 % et atteindre 32,1 G$ US en 2021 et 99,8 G$ US d'ici 2025.

Malgré la croissance des ventes en ligne que les intervenants des services alimentaires ont connue, dans l'ensemble, les services alimentaires grand public ont beaucoup souffert en 2020, éprouvant des difficultés financières sans précédent en raison des effets de la pandémie de COVID-19, des restrictions et des mesures de confinement. De nombreux fournisseurs de services alimentaires ont fermé leurs portes parce qu'ils généraient de revenus limités et qu'ils devaient continuer de payer un loyer élevé.

En ce qui concerne les ventes au détail en ligne des services alimentaires selon le type d'appareil, les ventes en ligne des services alimentaires réalisées à l'aide d'un appareil mobile ont continué d'accaparer la plus grande part du marché (9,5 %), pour atteindre une part du marché s'élevant à 19,4 G$ US (76,7 %), suivies des ventes faites à l'aide d'un ordinateur personnel (2,8 G$ US) et d'une tablette (2,2 G$ US). L'importante part du marché qu'occupent les appareils mobiles rappelle la prédominance et la croissance continue du commerce électronique mobile au Royaume-Uni, dont le taux de croissance a été le plus élevé entre 2016 et 2020, avec un TCAC de 33,6 %. Cette tendance devrait se poursuivre au cours de la prochaine période de cinq ans, soit de 2021 à 2025, et le TCAC devrait bondir à 36,7 %, pour atteindre 25,3 G$ US en 2021 et 88,4 G$ US d'ici 2025.

Ventes au détail en ligne de biens et services par industrie au Royaume-Uni, données historiques et prévisions (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Catégorie 2016 2019 2020 TCAC* % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Ventes en ligne de biens et services (totales) 166 759,6 251 221,3 272 363,5 13,0 323 163,2 549 733,6 14,2
Ventes au détail 89 332,6 133 344,0 174 292,3 18,2 200 762,8 291 768,2 9,8
Services alimentaires 9 731,0 24 445,4 25 245,3 26,9 32 050,8 99 757,6 32,8
Paiements de factures 13 372,0 20 036,0 22 992,1 14,5 24 892,5 33 498,2 7,7
Transports 23 052,9 34 037,4 20 021,3 −3,5 28 259,9 66 526,8 23,9
Autres transactions électroniques (biens et services) 11 012,4 11 528,7 12 565,8 3,4 12 969,6 15 016,1 3,7
Hébergement 13 807,0 16 796,5 8 162,6 −12,3 13 455,5 21 170,9 12,0
Services de diffusion en continu 2 380,7 4 428,4 5 752,3 24,7 6 427,5 10 146,9 12,1
Billets d'attractions et de divertissements 4 071,0 6 604,9 3 331,8 −4,9 4 344,6 11 848,8 28,5

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Ventes au détail en ligne des services alimentaires selon le type d'appareil utilisé au Royaume-Uni, données historiques et prévisions (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Type d'appareil 2016 2019 2020 TCAC* % 2016-2020 2021 2025 TCAC* % 2021-2025
Ventes en ligne de services alimentaires (totales) 9 731,0 24 445,4 25 245,3 26,9 32 050,8 99 757,6 32,8
Appareil mobile (valeur en ligne totale) 6 080,7 19 495,2 19 370,7 33,6 25 307,7 88 366,9 36,7
Ordinateur personnel (valeur en ligne totale) 2 285,0 2 298,0 2 828,6 13,1 3 105,2 3 860,5 35,4
Tablette (valeur en ligne totale) 847,0 1 577,5 2 181,5 5,5 2 443,1 3 542,1 5,6
Dispositif portatif (valeur en ligne totale)[1] 518,3 1 065,4 847,7 26,7 1 169,2 3 930,9 9,7
Autres appareils à distance (valeur en ligne totale) 9,3 16,8 25,8 57,2 22,0

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

1 : Un dispositif portatif est considéré être un appareil électronique conçu pour être porté par l'utilisateur, habituellement au poignet ou à la tête. Même si ces chiffres sont indépendants de la technologie, la transaction de paiement mise sur une technologie, comme Near Field Communications, Bluetooth Low Energy ou les lecteurs de codes à barres, afin d'exécuter le paiement. Ce genre de paiement peut également porter le nom de paiement en personne ou de paiement en magasin dans l’environnement de vente au détail.

Principaux intervenants du commerce électronique

Le paysage concurrentiel au Royaume-Uni est demeuré très fragmenté en 2020. Sous l'effet de la COVID-19, de nombreux grands magasins ont dû fermer temporairement les portes de leurs points de vente physiques, ce qui a obligé beaucoup de détaillants à faire la transition et à commencer à investir abondamment dans les ventes au détail en ligne pour faire croître leurs modèles opérationnels omni-canaux.

Amazon.com Inc. a conservé sa position prédominante en 2020, puisque c'était le marché B2C le plus important au Royaume-Uni, dont la valeur des ventes au détail en ligne s'élevait à 29,4 G$ US et la part du marché s'établissait à 25 %. La réussite de l'entreprise repose toujours sur ses investissements dans diverses options de livraison et d'exécution des commandes, allant de quelques heures au même jour, ce qui permet aux consommateurs d'acheter facilement de l'épicerie à l'avance. L'entreprise se distingue également de ses concurrents grâce à ses partenariats bien établis avec des marques bien connues, notamment elle a offert des produits d'épicerie de la chaîne de supermarchés du Royaume-Uni Morrison's en 2020, quand les commandes d'épicerie en ligne étaient les principaux facteurs de la croissance, alors que les consommateurs respectaient l'ordre de rester à la maison. L'accessibilité et la facilité d'accès des marchands tiers qui effectuaient les commandes sur le marché d'Amazon ont également contribué au succès de l'entreprise, un grand nombre de petits détaillants qui étaient obligés de faire rapidement la transition aux canaux en ligne ont trouvé que l'écosystème du commerce électronique d'Amazon était la solution la plus rapide et la plus pratique pour eux.

Les autres plateformes de commerce électronique comprennent le marché C2C d'eBay, qui était la deuxième plateforme de commerce électronique en 2020, dont la valeur s'élevait à 9,8 G$ US et qui occupait 8,3 % du marché, suivi de J Sainsbury Plc (7,4 G$ US et part du marché de 6,3 %), Tesco Plc (7,3 G$ US et part de 6,2 %) et John Lewis Partnership Plc (3,8 G$ US et part de 3,2 %). Les cinq principaux concurrents en ligne représentaient 49 % des ventes en 2020.

Les 15 principaux cyberdétaillants au Royaume-Uni, valeur au détail historique, prix de vente au détail excluant la taxe de vente (en M$ US), selon le taux de change fixe en 2020
Entreprise 2016 2017 2018 2019 2020 TCAC* (%) 2016-2020
Amazon.com Inc. 15 807,6 17 819,5 19 893,0 22 000,8 29 388,9 16,8
eBay Inc. 6 888,5 7 956,9 9 000,0 8 649,0 9 756,1 9,1
J Sainsbury Plc 4 396,9 4 667,8 4 856,4 5 136,0 7 384,4 13,8
Tesco Plc 4 586,7 4 820,6 4 955,5 5 079,4 7 263,6 12,2
John Lewis Partnership Plc 2 435,7 2 740,5 3 001,0 3 207,9 3 759,4 11,5
Next Plc 2 101,4 2 211,6 2 505,9 3 052,4 3 482,8 13,5
Shop Direct Group Ltd. 2 367,7 2 627,3 2 718,3 2 812,3 3 277,3 8,5
Ocado Group Plc 1 529,2 1 789,1 2 005,6 2 204,1 3 041,7 18,8
Dixons Carphone Plc 2 169,2 2 198,9 2 226,8 2 257,6 2 871,9 7,3
Apple Inc. 2 046,5 2 151,4 2 282,2 2 462,4 2 853,6 8,7
Walmart Inc. 1 302,2 1 406,3 1 531,4 1 674,6 2 818,4 21,3
Marks & Spencer Plc 960,7 1 130,7 1 323,5 1 500,9 2 302,3 24,4
ASOS Plc 794,5 969,2 1 190,9 1 406,6 1 481,1 16,8
Boohoo.com Plc 221,8 418,1 596,4 899,3 1 272,9 54,8
AO World Plc 721,1 752,8 795,2 833,4 998,7 8,5

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Les 15 principaux cyberdétaillants au Royaume-Uni, valeur au détail historique, prix de vente au détail excluant la taxe de vente, part du marché en %
Entreprise 2016 2017 2018 2019 2020 TCAC* (%) 2016-2020
Amazon.com Inc. 23,8 24,1 24,2 24,3 25,0 1,2
eBay Inc. 10,4 10,8 11,0 9,6 8,3 −5,5
J Sainsbury Plc 6,6 6,3 5,9 5,7 6,3 −1,2
Tesco Plc 6,9 6,5 6,0 5,6 6,2 −2,6
John Lewis Partnership Plc 3,7 3,7 3,7 3,5 3,2 −3,6
Next Plc 3,2 3,0 3,1 3,4 3,0 −1,6
Shop Direct Group Ltd. 3,6 3,6 3,3 3,1 2,8 −6,1
Ocado Group Plc 2,3 2,4 2,4 2,4 2,6 3,1
Dixons Carphone Plc 3,3 3,0 2,7 2,5 2,4 −7,7
Apple Inc. 3,1 2,9 2,8 2,7 2,4 −6,2
Walmart Inc. 2,0 1,9 1,9 1,9 2,4 4,7
Marks & Spencer Plc 1,4 1,5 1,6 1,7 2,0 9,3
ASOS Plc 1,2 1,3 1,5 1,6 1,3 2,0
Boohoo.com Plc 0,3 0,6 0,7 1,0 1,1 38,4
AO World Plc 1,1 1,0 1,0 0,9 0,8 −7,7

Source : Euromonitor, 2021

*TCAC : Taux de croissance annuel composé

Possibilités et défis pour les fournisseurs canadiens

Possibilités

Les effets de la pandémie de COVID-19 devraient entraîner des changements à long terme des ventes au détail au Royaume-Uni. Ces changements comprennent la transition permanente des détaillants vers des opérations omnicanaux, l'importance accordée à l'expérience en magasin et l'apparition des magasins invisibles, des magasins éphémères ou le déménagement des magasins vers la banlieue. La croissance accélérée et la tendance au commerce électronique, combinées à la lutte des principaux détaillants du Royaume-Uni depuis quelques années, inciteront de plus en plus les détaillants ayant pignon sur rue à tâcher de renforcer leur présence multicanale, en combinant les opérations en magasin et en ligne, et en permettant aux fournisseurs canadiens d'avoir un accès plus pratique à mesure que les entreprises développeront leur écosystème du commerce électronique, en faisant évoluer leur infrastructure numérique et en créant de nouveaux cadres numériques pour les intervenants étrangers du commerce électronique à la suite du Brexit.

Le Service des délégués commerciaux du Canada offre le guide pour l'exportation à l'intention des entreprises aux exportateurs canadiens qui veulent obtenir plus de renseignements sur le commerce électronique au Royaume-Uni.

Les PME qui souhaitent faire la transition à des plateformes numériques et au commerce électronique peuvent obtenir du financement et du soutien du Service des délégués commerciaux par l'entremise de CanExport, qui offre jusqu'à 75 000 $ CA pour aider les entreprises à pénétrer les marchés internationaux, couvrir une partie des frais liés à l'adoption du numérique et protéger la propriété intellectuelle.

Si vous avez une entreprise à fort potentiel de démarrage ou de développement avec une technologie, un produit ou un service existant, les Accélérateurs technologiques canadiens (ATC) peuvent favoriser sa croissance internationale en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. Les ATC permettent à votre entreprise de faire un atterrissage en douceur et de se présenter à des investisseurs, partenaires et clients potentiels.

La Banque de développement du Canada consent des prêts aux entreprises pour l'achat ou la mise à niveau de leurs technologies de l'information et des communications, y compris le matériel, les logiciels et les services de conseils connexes.

Les entreprises et fournisseurs canadiens peuvent également utiliser le portail d'Innovation Canada pour trouver les outils d'aide du gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux qui pourraient favoriser une stratégie numérique.

Défis

Parallèlement à la pandémie de COVID-19, le Royaume-Uni est officiellement sorti de l'Union européenne dans le cadre du Brexit le 31 décembre 2020, grâce à une nouvelle entente entre le Royaume-Uni et les États membres de l'UE qui prévoit des échanges commerciaux sans droit de douane ni contingent. Toutefois, les produits importés des pays membres de l'UE se voient imposer la TVA au Royaume-Uni. Puisque le Royaume-Uni continue de régler de nombreux problèmes liés aux chaînes d'approvisionnement pour les importateurs et les exportateurs concernant le Brexit, en plus des défis que suscite la pandémie, la confiance des consommateurs du Royaume-Uni devrait être à la baisse en raison de ces incertitudes économiques. Cette situation incitera probablement les consommateurs à être plus sensibles au prix. Les fournisseurs canadiens en ressentiront le contrecoup parce que le commerce électronique étranger devrait ralentir, si l'on s'en fie aux prévisions pour la période qui soulignent que la tendance des consommateurs à privilégier les achats intérieurs accompagnés d'options d'achat plus rapides et sans frais supplémentaires au détriment du commerce électronique étranger, dont les normes sur la TVA ajoutée s'appliquent aussi au commerce électronique.

Depuis le 1er avril 2021, l'Accord de continuité commerciale Canada-Royaume-Uni est entré en vigueur et maintient l'accès préférentiel aux marchés pour les entreprises du Royaume-Uni et du Canada. Cet accord reprend les principaux avantages de l'Accord économique et commercial global Canada-Union européenne afin de garantir la continuité du commerce du Canada avec le Royaume-Uni et il sera en place jusqu'à ce qu'un nouvel accord global de libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni entre en vigueur. L'élimination de 98 % des droits sur les exportations canadiennes à destination du Royaume-Uni se poursuivra dès son entrée en vigueur et l'élimination de 1 % des droits sur les exportations canadiennes vers le Royaume-Uni sera maintenue jusqu'au 1er janvier 2024. Consultez l'outil Info-Tarif Canada pour obtenir de plus amples renseignements sur le marché du Royaume-Uni selon les dispositions de l'ACC Canada-Royaume-Uni, et sur d'autres marchés étrangers avec lesquels le Canada a conclu un accord de libre-échange.

Pour en apprendre plus sur les effets possibles du Brexit sur les entreprises canadiennes, le Service des délégués commerciaux présente des renseignements aux fournisseurs dans Brexit : Information pour les entreprises canadiennes.

Pour de plus amples renseignements

Le Service des délégués commerciaux du Canada :

Les délégués commerciaux internationaux peuvent fournir à l'industrie canadienne une expertise de terrain concernant les potentiels de marché, les conditions actuelles et les contacts d'affaires locaux, et sont un excellent point de contact pour obtenir des conseils à l'exportation.

Plus de renseignements sur les marchés agroalimentaires :

Renseignements sur les marchés internationaux de l'agroalimentaire
Découvrez l'agriculture mondiale et les débouchés agroalimentaires, consultez la liste complète des analyses des marchés mondiaux, les tendances des marchés et les prévisions, et renseignez-vous sur les accords de libre-échange du Canada.

Service d'information sur les marchés agroalimentaires
Les entreprises canadiennes du secteur des produits agroalimentaires et des produits de la mer peuvent profiter d'un service personnalisé de rapports et d'analyses, et s'inscrire à notre liste de distribution pour recevoir les plus récents rapports directement dans leur boîte de réception.

Pour en savoir plus sur les industries agroalimentaires du Canada :

Secteurs agricoles du Canada
Aliments transformés et boissons, aide relative aux exigences réglementaires, processus d'approbation réglementaire, réglementation du secteur, Loi sur le commerce des spiritueux.

Ressources

Analyse sectorielle – Tendances du commerce électronique au Royaume-Uni
Rapport d'analyse mondiale

Préparé par : Richard Lin, analyste de marchés; Saidouba Camara, analyste de marchés

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (2021).

Photos
Les images figurant dans la présente publication sont reproduites avec la permission des titulaires des droits s'y rattachant. À moins d'avis contraire, Sa Majesté la Reine du chef du Canada est titulaire des droits d'auteur sur ces images.

Pour vous inscrire à notre liste de distribution ou pour suggérer d'autres sujets ou marchés de recherche, vous pouvez vous adresser à :

Agriculture et Agroalimentaire Canada, Analyses des marchés mondiaux
1341, chemin Baseline, Tour 5, 3e étage
Ottawa ON  K1A 0C5
Canada
Courriel : aafc.mas-sam.aac@agr.gc.ca

Le gouvernement du Canada a préparé le présent document en se fondant sur des sources d'information primaires et secondaires. Même s'il n'a ménagé aucun effort pour présenter des données exactes, Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) n'assume aucune responsabilité à l'égard de toute décision qui pourrait être prise sur la base de ces renseignements.

Toute reproduction ou redistribution du présent document, en totalité ou en partie, doit énoncer clairement qu'Agriculture et Agroalimentaire Canada est le titulaire du droit d'auteur du document selon le modèle suivant : AAC, titre du document, année. Si le document reproduit ou redistribué reprend des données du présent document, il y a lieu d'y indiquer les sources telles qu'elles sont inscrites dans le présent document.

Agriculture et Agroalimentaire Canada fournit le présent document ainsi que d'autres services de production de rapports gratuitement à ses clients des industries agricole et alimentaire.