Canada perspectives des principales grandes cultures, 2022-10-21

Canada : perspectives des principales grandes cultures (Version PDF, 508 Ko)

Données historiques

Le présent rapport est une mise à jour des Perspectives des principales grandes cultures qu’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) a publiées en septembre pour les campagnes agricoles 2021-2022 et 2022-2023. Au Canada, la campagne agricole de la plupart des cultures commence le 1er août et se termine le 31 juillet, sauf celle du maïs et du soja, qui s’échelonne du 1er septembre au 31 août. Les perspectives des marchés céréaliers mondiaux restent incertaines en raison d’un certain nombre de facteurs dont une forte demande et des réserves relativement serrées, l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui a perturbé la production dans la région de la mer Noire et les structures des échanges mondiaux, l’inflation et les craintes de ralentissement économique mondial.

Pour la campagne agricole de 2021-2022 le rapport fournit des estimations définitives pour toutes les cultures, et s’appuie sur les données du rapport de Statistique Canada du 7 octobre 2022 sur l’offre et l’utilisation du soja et du maïs. Les stocks de fin de campagne (stocks de fermeture) de toutes les principales grandes cultures ont terminé l’année à un creux historique. Les prix au cours de l’année ont atteint ou presque atteint des niveaux records dans le cas de la plupart des cultures.

Pour la campagne agricole de 2022-2023, les perspectives intègrent des estimations du rendement tirées de la publication Estimations des principales grandes cultures basées sur des modèles du 14 septembre 2022 de Statistique Canada, qui ont été obtenues à l’aide de données de télédétection du Programme d’évaluation de l’état des cultures de Statistique Canada, de données agroclimatiques, ainsi que de données d’enquête et de sources administratives. La production totale des grandes cultures au Canada aurait augmenté de 36,1 % par rapport à l’année dernière, ce qui a entraîné un rebond de l’offre et permet aux exportations de revenir à des niveaux équivalents ou supérieurs à la moyenne. La récolte dans l’Ouest canadien est terminée en Alberta et en Saskatchewan, tandis que le Manitoba est maintenant presque terminé après avoir rattrapé la moyenne quinquennale. Dans l'Est du Canada, la récolte du maïs et du maïs a commencé tandis que la récolte du soja est presque terminé.

Les prix des récoltes devraient rester forts en 2022-2023, malgré la baisse prévue dans la plupart des cas par suite des niveaux élevés enregistrés en 2021-2022. Les prévisions des prix sont éminemment volatiles en raison de la grande incertitude qui règne sur les marchés mondiaux.

Le prochain rapport sur les perspectives des principales grandes cultures devrait être publié par AAC le 18 novembre 2022. Statistique Canada devrait publier ses estimations définitives de la production des grandes cultures pour l’année le 2 décembre 2022 en tenant compte des résultats de l’enquête qui sera menée en novembre auprès d’environ 28 600 agriculteurs de partout au Canada.

Total des céréales et oléagineux : le 21 octobre 2022
2020-2021p 2021-2022p 2022-2023p
Superficie ensemencée (kha) 27 491 27 571 27 771
Superficie récoltée (kha) 26 536 26 459 26 532
Rendement (t/ha) 3,45 2,53 3,40
Production (kt) 91 459 67 058 90 310
Importations (kt) 2 682 7 292 2 712
Offre totale (kt) 107 742 86 060 101 628
Exportations (kt) 50 926 31 689 45 570
Utilisation intérieure totale (kt) 45 105 45 765 45 153
Stocks de fin de campagne (kt) 11 710 8 607 10 905
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2021-2022 et la superficie ensemencé pour 2022-23
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total Légumineuses et cultures spéciales (c) : le 21 octobre 2022
2020-2021p 2021-2022p 2022-2023p
Superficie ensemencée (kha) 4 025 3 821 3 706
Superficie récoltée (kha) 3 973 3 725 3 610
Rendement (t/ha) 2,16 1,23 2,00
Production (kt) 8 592 4 597 7 226
Importations (kt) 338 231 312
Offre totale (kt) 9 851 6 460 8 604
Exportations (kt) 6 786 4 333 5 805
Utilisation intérieure totale (kt) 1 434 1 061 1 319
Stocks de fin de campagne (kt) 1 632 1 066 1 480
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2021-2022 et la superficie ensemencé pour 2022-23
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Toutes les principales grandes cultures : le 21 octobre 2022
2020-2021p 2021-2022p 2022-2023p
Superficie ensemencée (kha) 31 516 31 392 31 477
Superficie récoltée (kha) 30 510 30 185 30 142
Rendement (t/ha) 3,28 2,37 3,24
Production (kt) 100 051 71 656 97 536
Importations (kt) 3 019 7 523 3 024
Offre totale (kt) 117 593 92 520 110 233
Exportations (kt) 57 712 36 021 51 375
Utilisation intérieure totale (kt) 46 539 46 825 46 472
Stocks de fin de campagne (kt) 13 342 9 673 12 385
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2021-2022 et la superficie ensemencé pour 2022-23
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Blé

Blé dur

Pour 2021-2022, selon Statistique Canada, l’offre de blé dur canadien a diminué de 47 % d’une année à l’autre (a/a) pour s’établir à 3,86 millions de tonnes (Mt) ; les exportations ont atteint 2,72 Mt, et les stocks de fin de campagne se sont chiffrés à 0,58 Mt, ce qui les classe au troisième rang des plus bas niveaux atteints depuis 1982-1983.

Pour 2022-2023, les estimations de Statistique Canada indiquent que la production doublera par rapport aux niveaux de 2021-2022. La production devrait atteindre 6,12 Mt grâce à une hausse de 5 % des superficies ensemencées, à une diminution des taux d’abandon et à une augmentation des rendements. Les rendements devraient atteindre 2,63 tonnes l’hectare (t/ha), ce qui constitue une amélioration par rapport au rendement de 1,36 tonne/hectare enregistré l’année précédente. Au cours des cinq années précédentes, les rendements du blé dur étaient en voie d’atteindre 2,7 t/ha. L’offre totale prévue est de 6,72 Mt, ce qui représente une hausse de 74 % a/a.

La récolte du blé dur est pratiquement terminée, étant ensilée à 98 %. Selon les premières évaluations de la qualité, la plus grande partie de la récolte se classe dans les deux grades supérieurs; la teneur en protéines est d’en moyenne 14,5 %, ce qui est inférieur à l’an dernier, mais légèrement supérieur à la moyenne quinquennale (14,3 %).

Les exportations ont connu un démarrage lent au début de la campagne agricole 2022-2023, en raison des stocks limités. Le volume exporté en août s’élevait à 138 000 tonnes selon Statistique Canada, dont la moitié était destinée à l’Italie, suivie par les États-Unis (21 %) et le Maroc (16 %). Selon les prévisions, les exportations vont augmenter en raison de l’offre élevée et de la forte demande en provenance de l’Italie et de l’Afrique du Nord. Elles sont estimées à 5,0 Mt, ce qui représente une hausse de 84 % a/a et de 11 % par rapport à la moyenne quinquennale.

L’utilisation intérieure totale est appelée à augmenter pour atteindre les niveaux moyens, c’est à dire 0,8 Mt, de sorte que les stocks de fermeture seraient de 0,9 Mt à la fin de l’année.

La production mondiale de blé dur devrait augmenter de 7 % pour atteindre 33,2 Mt selon le Conseil international des céréales, mais l’offre totale ne devrait augmenter que de 1 % et atteindre 39,6 Mt, en raison du caractère limité des stocks de report. L’utilisation devrait connaître une hausse de 3 % et atteindre 33,8 Mt, grâce à la remontée de la consommation en Amérique du Nord. Le commerce mondial devrait s’établir à 8,8 Mt, ce qui représente une hausse de 47 % a/a, poussée par une forte demande de l’Europe et de l’Afrique du Nord, en particulier du Maroc. On prévoit que les stocks de fin de campagne vont chuter de 10 % et s’établir à 5,8 Mt, niveau le plus bas en 15 ans.

Dans son rapport Small Grains Summary du 30 septembre, le Département de l'agriculture des États-Unis (USDA) a abaissé ses prévisions nationales de production de blé dur de 15 % à 1,74 Mt. La récolte des États-Unis se classe dans le grade supérieur et présente une teneur en protéines moyenne de 14,1 % selon les US Wheat Associates.

Selon les prévisions pour 2022-2023, le prix au comptant moyen pour le blé dur ambré de l’Ouest canadien (CWAD) no 1 de la Saskatchewan contenant 13 % de protéines sera de 425 $/tonne.

Blé dur [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 2 302 2 319 2 431
Superficie récoltée (kha) 2 295 2 233 2 372
Rendement (t/ha) 2,86 1,36 2,63
Production (kt) 6 571 3 038 6 117
Importations (kt) [b] 13 8 25
Offre totale (kt) 7 321 3 859 6 721
Exportations (kt) [c] 5 766 2 716 5 000
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 198 208 200
Provendes, déchets et criblures (kt) 321 124 408
Utilisation intérieure totale (kt) 742 565 821
Stocks de fin de campagne (kt) 813 579 900
Prix moyen ($/t) 302 631 425
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian
  • Oilseed Processors Association.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : Blé (n°1 CWRS, 13,5 % de protéines) et le blé dur (CWAD n°1, la protéine de 13 %), les deux prix correspondent aux prix moyens en espèces des producteurs de la Saskatchewan; orge (fourragère n°1 comptant, en entrepôt à Lethbridge); maïs (EC n°2 comptant en entrepôt à Chatham); avoine (US lourde n°2 prochaine échéance au CBOT); seigle (OC n°1, en entrepôt à Saskatoon); canola (Can n°1 comptant, en entrepôt à Vancouver); lin (OC n°1 comptant, en entrepôt à Saskatoon); soja (n°2 comptant en entrepôt à Chatham)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Blé (à l’exclusion du blé dur)

Pour 2021-2022, selon Statistique Canada, l’offre canadienne de blé a diminué de 27 % a/a et s’est chiffrée à 24,55 Mt ; les exportations ont chuté de 40 % a/a, à 12,41 Mt, et les stocks de fin de campagne étaient d’à peine plus de 3,09 Mt.

Pour 2022-2023, les estimations de Statistique Canada indiquent que la production de blé (à l’exclusion du blé dur) devrait remonter à 28,59 Mt, ce qui correspond à une hausse de 48 % par rapport à 2021-2022 et est de 12 % supérieur à la dernière moyenne quinquennale, en raison de l’augmentation des superficies ensemencées et de la baisse des taux d’abandon, combinées à une hausse des rendements. Les rendements sont projetés à 3,65 t/ha pour tous les types de blé, en hausse de 32 % a/a et stables par rapport à la tendance à long terme. L’offre totale connaîtrait une hausse de 29 %, amoindrie par des stocks de report limités, et devrait s’établir à 31,78 Mt.

Selon les premières évaluations, la plus grande partie de la récolte sera classée dans les deux grades supérieurs et présentera une teneur en protéines de 14,1 %, ce qui est inférieur à la teneur de l’an passé, mais supérieur à la moyenne quinquennale de 13,5 %.

Les exportations canadiennes de blé en août étaient de 1,1 Mt selon Statistique Canada ; les principales destinations étaient la Chine (18 %), les États-Unis (13 %), le Japon (12 %) et le Bangladesh (11 %). Notamment en raison d’une offre plus importante que prévue et d’une diminution de l’offre des concurrents, les exportations ont été revues à la hausse de 1 Mt ce mois-ci et ainsi portées à 18,3 Mt, ce qui représente une hausse de 47 % a/a et de 3 % par rapport à la moyenne quinquennale. Selon les prévisions, l’utilisation intérieure devrait se rétablir à un niveau moyen (8,2 Mt). Les stocks de fin de campagne devraient atteindre 5,3 Mt.

Ce mois-ci, l'USDA a abaissé ses prévisions d'approvisionnement mondial en blé, pour tenir compte d'une production plus faible que prévu aux États-Unis et en Argentine. Bien qu’elle se situe encore à un niveau record à 781,7 Mt, l’offre totale est chiffrée à 1 057,7 Mt, ce qui représente une baisse de 2 % a/a, et est amoindrie par des stocks de report limités. Les échanges commerciaux ont aussi été réduits pour tenir compte de la baisse de l’offre, mais ils demeurent 3 % plus élevés que l’an passé, à 208,33 Mt. L’utilisation est tombée à 790,17 Mt, une baisse de 0,5 % par rapport à l’année précédente; les stocks de fin de campagne devraient se situer à 267,54 Mt, soit à 1 Mt de moins que ce qu’indiquaient les prévisions du mois passé et à 3 % de moins que l’année précédente.

Dans son rapport Small Grains Summary, l’USDA a réduit de 3,72 Mt ses estimations de production de tous les types de blés confondus (y compris le blé dur), pour les établir à 44,9 Mt. L’utilisation et les échanges ont aussi été réduits, en raison de la production plus faible que prévu. Selon les prévisions pour 2022-2023, les exportations de blé des États-Unis se chiffreront à 21,09 Mt et leur utilisation intérieure, à 29,61 Mt, ce qui représente dans les deux cas une baisse d’environ 3 % par rapport à 2021-2022. Les stocks de fermeture devraient s’établir à 15,68 Mt, ce qui représente une baisse de 14 % a/a et le niveau le plus bas depuis 2007-2008.

La volatilité des prix sur les marchés du blé continue d’être alimentée par les tensions géopolitiques dans la région de la mer Noire, les préoccupations associées à une récession économique et le régime climatique La Niña en Amérique du Sud. Selon les prévisions pour 2022-2023, le prix au comptant moyen pour le blé roux de printemps de l’Ouest canadien (CWRS) no 1 de la Saskatchewan contenant 13,5 % de protéines sera de 405 $/tonne.

Blé (sauf blé dur) [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 7 892 7 133 7 915
Superficie récoltée (kha) 7 723 6 960 7 687
Rendement (t/ha) 3,74 2,77 3,65
Production (kt) 28 866 19 258 28 585
Importations (kt) [b] 129 153 100
Offre totale (kt) 33 757 24 552 31 780
Exportations (kt) [c] 20 566 12 412 18 300
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 3 265 3 258 3 200
Provendes, déchets et criblures (kt) 4 041 4 975 4 205
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 8 050 9 045 8 180
Stocks de fin de campagne (kt) 5 141 3 095 5 300
Prix moyen ($/t) [g] 271 447 405
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association.
  • Les données sur le lin ne sont pas reflétées dans le total en raison de leur nature confidentielle
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : blé roux de printemps de l'Ouest canadien (RPOC) n°1 (13,5 % de protéine) et blé dur ambré de l'Ouest canadien (DAOC) n°1 (13 %),
  • les deux sont en moyenne les prix au comptant de la Saskatchewan et de producteurs ne sont pas comparables à la CCB rendements du prix final au producteur pour les années précédentes;
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Tous blés [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 10 194 9 453 10 345
Superficie récoltée (kha) 10 018 9 193 10 059
Rendement (t/ha) 3,54 2,43 3,45
Production (kt) 35 437 22 296 34 703
Importations (kt) [b] 142 161 125
Offre totale (kt) 41 078 28 411 38 501
Exportations (kt) [c] 26 332 15 128 23 300
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 3 463 3 466 3 400
Provendes, déchets et criblures (kt) 4 362 5 099 4 612
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 8 793 9 610 9 001
Stocks de fin de campagne (kt) 5 954 3 673 6 200
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Céréales secondaires

Orge

Pour 2021-2022, la situation au Canada en ce qui concerne l’offre et la demande d’orge se caractérise par des stocks de report, une production et une offre nettement inférieurs, ainsi que par une réduction importante de la consommation intérieure de grains de provende et des exportations, comparativement à l’an dernier. Les stocks de fin de campagne ont atteint le niveau le plus bas jamais enregistré, alors que le prix moyen de l’orge fourragère à Lethbridge pour la présente campagne agricole a atteint un nouveau sommet.

Pour 2022-2023, Statistique Canada a estimé la production canadienne d’orge à 9,43 millions de tonnes (Mt), ce qui est 35 % plus élevé que le creux record enregistré l’an dernier et 6 % plus élevé que la moyenne quinquennale d’avant 2021. Les rendements provinciaux moyens sont établis à 3,85 tonnes l’hectare (t/ha) en Alberta, à 3,45 t/ha en Saskatchewan et à 4,23 t/ha au Manitoba. Par comparaison, selon le rapport provincial de l’Alberta sur les récoltes publié le 4 octobre, le rendement de l’orge dans la province est estimé à 4,02 t/ha. Le rapport sur les récoltes de la Saskatchewan publié le 3 octobre indiquait un rendement en orge de 3,34 t/ha pour la province. Le rapport sur les récoltes du Manitoba publié le 27 septembre situe les rendements en orge entre 2,69 et 5,38 t/ha (point médian à 4,04 t/ha), variation importante expliquée par les dates de semis et les précipitations. D’après les estimations de Statistique Canada, l’augmentation de la production devrait contrebalancer les stocks de report historiquement bas et la diminution des importations, ce fera en sorte que l’offre de 2022-2023 augmentera de 27 % par rapport à l’année précédente pour atteindre près de 10 Mt, ce qui demeure 6 % de moins que la moyenne quinquennale d’avant 2021.

L’offre élargie soutiendra l’utilisation intérieure, y compris l’utilisation industrielle et l’alimentation animale, ainsi que les exportations en 2022-2023. Les stocks de fin de campagne devraient augmenter par rapport à 2021-2022 pour s’établir à 0,55 Mt, ce qui constitue toujours un niveau restreint.

Selon Statistique Canada, les exportations d’orge en août 2022, premier mois de la campagne agricole 2022-2023, se sont établies à 93 milliers de tonnes (Kt), comparativement à 11 Kt en août 2021 et à 97 Kt pour la moyenne quinquennale de ce mois. Environ 57 % des exportations totales ont été destinées à la Chine, et 43 % aux États-Unis. Les exportations d’orge brassicole en août 2022 étaient d’environ 42 Kt, ce qui est inférieur aux 53 Kt d’août 2021 et aux 49 Kt de la moyenne quinquennale. Environ 55 % des exportations totales étaient destinées aux États Unis, 25 % au Japon et 14 % au Mexique.

Le prix moyen devrait chuter par rapport au niveau record de 2021-2022, à 400 $/t, en raison du rétablissement prévu de l’approvisionnement en céréales fourragères au pays après la sécheresse de l’an dernier. Il demeurera toutefois à un niveau historiquement élevé, largement soutenu par les prix élevés du maïs et la demande élevée.

Le rapport Small Grains 2022 Summary du Department of Agriculture des États-Unis (USDA) confirme que la production d’orge des États-Unis en 2022 sera élevée. Établie à 174 millions de boisseaux (Mbu), cette production est plus élevée que la précédente estimation de 158 Mbu et représente une hausse de 45 % par rapport à l’année précédente. Les rendements se sont rétablis à 71,7 boisseaux/acre (bu/ac), une hausse de 11,4 bu/ac par rapport à 2021. Les superficies ensemencées ont totalisé 2,95 millions d’acres, ce qui est de 9 % supérieur à 2021. Les superficies récoltées ont été de 2,43 millions d’acres, soit 22 % de plus que l’année précédente.

Orge [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 3 060 3 357 2 851
Superficie récoltée (kha) 2 809 3 002 2 562
Rendement (t/ha) 3,82 2,32 3,68
Production (kt) 10 741 6 959 9 428
Importations (kt) [b] 294 228 60
Offre totale (kt) 11 991 7 897 9 992
Exportations (kt) [c] 4 277 2 603 3 450
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 299 284 318
Provendes, déchets et criblures (kt) 6 416 4 262 5 394
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 7 003 4 790 5 992
Stocks de fin de campagne (kt) 711 504 550
Prix moyen ($/t) [g] 294 432 400
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle.
  • Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine
  • sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes,
  • déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : orge (fourragère n°1 comptant à la ICE Futures Canada,
  • en entrepôt à Lethbridge);
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie,
  • le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Maïs

Pour 2021-2022, la situation au Canada en ce qui concerne l’offre et la demande de maïs se caractérise par une production, des importations et une offre accrues et par une hausse de l’utilisation industrielle, de la consommation de grains de provende et de l’exportation par rapport à l’an dernier. Les stocks de fin de campagne se sont établis à un niveau élevé record, à 2,75 Mt, en hausse de 27 % par rapport à l’année précédente et de 18 % par rapport à la moyenne quinquennale. Le prix moyen du maïs à Chatham pour la présente campagne a augmenté par rapport à l’ancien record observé en 2020-2021 et a atteint un nouveau sommet.

Pour 2022-2023, Statistique Canada a estimé la production canadienne de maïs à 14,86 Mt, niveau record qui est de 6 % plus élevé que celui de l’an passé et de 8 % plus élevé que la moyenne quinquennale, ce qui s’explique par une production historiquement élevée prévue en Ontario. Toutefois, cette production accrue sera en partie contrebalancée par des importations nettement inférieures, de sorte que l’offre devrait diminuer de 12 % par rapport au niveau élevé record observé en 2021-2022 et passer à 19,6 Mt, ce qui s’élèverait tout de même au deuxième rang des productions enregistrées.

L’utilisation intérieure devrait diminuer par rapport à 2021-2022, en raison de la baisse de l’utilisation fourragère. Les exportations devraient demeurer stables par rapport au niveau élevé observé en 2021-2022, et ainsi augmenter considérablement par rapport à la moyenne quinquennale. Les stocks de fin de campagne devraient s’établir à 2,40 Mt, ce qui est de 13 % inférieur au niveau élevé record de l’année précédente, mais tout de même plus élevé que la moyenne quinquennale.

Selon les prévisions, le prix moyen devrait se situer à 330 $/t, ce qui représente une hausse par rapport au niveau record de 2021-2022, portée par la perspective d’une demande élevée et les prix élevés de la nouvelle récolte de maïs aux États-Unis.

Dans la mise à jour d’octobre de l’USDA sur l’offre et la demande, les prévisions pour 2022-2023 ont été revues à la baisse pour la production de maïs ainsi que les inventaires de début et de fin de saison aux États-Unis. Selon l’information actuelle, l’offre de maïs aux États-Unis en 2022-2023 sera de 6 % plus faible qu’en 2021-2022 et à son plus bas en neuf ans. Les stocks de fin de campagne diminueront de 15 % dans l’année et atteindront leur plus bas niveau des dix dernières années, ce qui soutiendra les prix du maïs. Le prix moyen à la ferme américain prévu par l’USDA est de 6,80 $ US/bu, soit une hausse de 0,05 $ US/bu par rapport à la prévision du mois dernier et une forte augmentation par rapport au prix de 6,00 $/boisseau pour 2021-2022, tout en étant un prix légèrement inférieur au record de 6,89 $ atteint en 2012-2013.

Maïs [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 440 1 413 1 475
Superficie récoltée (kha) 1 408 1 391 1 441
Rendement (t/ha) 9,63 10,06 10,32
Production (kt) 13 563 13 984 14 861
Importations (kt) [b] 1 639 6 201 2 000
Offre totale (kt) 17 762 22 354 19 607
Exportations (kt) [c] 1 438 1 737 1 750
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 5 376 5 797 5 500
Provendes, déchets et criblures (kt) 8 764 12 058 9 941
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 14 155 17 871 15 457
Stocks de fin de campagne (kt) 2 169 2 746 2 400
Prix moyen ($/t) [g] 272 312 330
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : maïs (EC n°2 comptant en entrepôt à Chatham).
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Avoine

Pour 2021-2022, la situation au Canada en ce qui concerne l’offre et la demande d’avoine se caractérise par des stocks de report considérablement supérieurs, une production et une offre nettement inférieures, ainsi que par une réduction importante de la consommation intérieure de grains de provende et des exportations, comparativement à l’an dernier. Les stocks de fin de campagne sont les plus bas jamais enregistrés, et les prix au Canada ont atteint de nouveaux sommets.

Pour 2022-2023, Statistique Canada a estimé la production canadienne d’avoine à 4,65 Mt, soit 66 % de plus que le creux record atteint l’an dernier et 21 % de plus que la moyenne quinquennale d’avant 2021. Les rendements provinciaux moyens sont établis à 3,01 t/ha pour l’Alberta, à 3,66 t/ha pour la Saskatchewan et à 4,34 t/ha pour le Manitoba. Par comparaison, selon les rapports provinciaux sur les récoltes, les rendements en avoine seront de 3,63 t/ha, de 3,39 t/ha et de 4,76 t/ha, respectivement, en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba. D’après les estimations de Statistique Canada, l’augmentation de la production devrait contrebalancer les stocks de report historiquement bas, permettant ainsi à l’offre d’augmenter de 43 % en 2022-2023 par rapport à 2021-2022 et d’atteindre près de 5,0 Mt, niveau confortable.

En réaction à l’augmentation de l’offre, l’utilisation intérieure, en particulier l’utilisation fourragère et les exportations, devrait augmenter. Les stocks de report devraient augmenter fortement par rapport à 2021-2022 et atteindre 0,7 Mt, soit 18 % de plus que la moyenne quinquennale d’avant 2021.

Les exportations d’avoine en août 2022 ont presque atteint un creux record pour ce mois, à seulement 69 Kt, comparativement à 168 Kt en août 2021 et à 142 Kt pour la moyenne quinquennale. À l’opposé, les exportations de produits d’avoine en août 2022 se sont chiffrées à près de 54 Kt, ce qui vient au deuxième rang des exportations enregistrées en août et est seulement légèrement inférieur à celles enregistrées l’an passé. Plus de 99 % des exportations d’avoine canadienne et environ 93 % des exportations de produits d’avoine étaient destinées aux États-Unis.

Le prix moyen devrait chuter de façon importante, passant d’un niveau record en 2021-2022 à 385 $/t, en raison des prévisions d’un rétablissement de l’offre en Amérique du Nord, mais il demeure historiquement élevé, soutenu par la vigueur des prix sur les marchés voisins.

L’USDA a établi la production d’avoine des États Unis en 2022 à 58 Mbu, ce qui est plus élevé que les 53 Mbu figurant dans sa précédente estimation et représente une augmentation de 45 % par rapport à 2021. Le rendement a été estimé à 64,8 bu/ac, ce qui représente une augmentation de 3,5 bu/ac par rapport à 2021. Les superficies récoltées ont été estimées à 890 milliers d’hectares, soit 37 % de plus que l’an passé.

Avoine [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 554 1 385 1 608
Superficie récoltée (kha) 1 314 1 176 1 301
Rendement (t/ha) 3,48 2,39 3,58
Production (kt) 4 576 2 808 4 654
Importations (kt) [b] 17 25 15
Offre totale (kt) 5 019 3 490 4 987
Exportations (kt) [c] 2 972 2 302 2 850
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 104 99 120
Provendes, déchets et criblures (kt) 1 170 637 1 191
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 1 390 870 1 437
Stocks de fin de campagne (kt) 657 318 700
Prix moyen ($/t) [g] 301 565 385
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : avoine (États-Unis lourde n°2 prochaine échéance au Chicago Board of Trade (CBoT)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Seigle

Pour 2021-2022, la situation au Canada en ce qui concerne l’offre et la demande de seigle se caractérise par une augmentation de l’offre, une utilisation élevée record des grains de provende et une légère diminution des exportations, comparativement à l’an dernier. Les stocks de fin de campagne sont plus élevés que l’an passé et que la moyenne sur cinq ans. Le prix du seigle aurait atteint son plus haut niveau jamais enregistré.

Pour 2022-2023, Statistique Canada a estimé que la production de seigle canadien diminuera par rapport à 2021-2022 pour s’établir à 470 Kt. Il s’agirait tout de même d’une production énorme. L’offre est prévue à 581 Kt, soit 3 % de plus qu’en 2021-2022 et 24 % de plus que la moyenne quinquennale.

La demande totale de seigle en 2022-2023 devrait diminuer en raison de la baisse de l’utilisation fourragère, compte tenu de l’abondance prévue de l’offre en céréales fourragères dans l’Ouest canadien et de la diminution des exportations. Les stocks de fin de campagne devraient augmenter considérablement par rapport à 2021-2022 et à la moyenne quinquennale, en raison de l’offre accrue et de la diminution de la demande.

Les exportations de seigle en août 2022 ont été établies à 33 Kt, comparativement à 34 Kt en août 2021 et à 32 Kt pour la moyenne quinquennale. Environ 99 % des exportations canadiennes de seigle étaient destinées aux États-Unis.

Le prix moyen prévu en 2022-2023 est de 260 $/t, soit 19 % de moins que les prévisions de prix de 2021-2022, en raison d’une plus grande offre de céréales fourragères prévue en 2022-2023 dans les Prairies canadiennes, de la diminution de la demande et d’une baisse prévue des prix des autres céréales fourragères ; ce prix reste toutefois historiquement élevé, soutenu par des prix forts dans les marchés voisins.

La production de seigle aux États-Unis a été estimée à 12,3 Mbu, ce qui est plus que les 11,7 Mbu précédemment estimés et représente une hausse de 25 % au cours de l’année et un sommet en six ans. Les rendements ont atteint un sommet, et les superficies récoltées ont été à leur plus haut en six ans.

Seigle [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 237 246 237
Superficie récoltée (kha) 153 147 143
Rendement (t/ha) 3,19 3,22 3,28
Production (kt) 488 473 470
Importations (kt) [b] 2 1 2
Offre totale (kt) 530 565 581
Exportations (kt) [c] 153 151 145
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 41 26 39
Provendes déchets et criblures (kt) 224 258 212
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 287 304 271
Stocks de fin de campagne (kt) 91 109 165
Prix moyen ($/t) [g] 225 320 260
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : Seigle (OC n°1 en entrepôt à Saskatoon)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Mixed Grains
  2020-2021p 2021-2022p 2022-2023p
Superficie ensemencée 168 133 138
Superficie récoltée 97 65 47
Rende-ment 2,41 2,53 2,63
Production 233 164 124
Importations (b) 0 0 0
Offre totale 233 164 124
Exportations (c) 0 0 0
Alimentation et utilisation
industrielle (d)
0 0 0
Provendes, déchets et criblures    233 164 124
Utilisation intérieure totale (e) 233 164 124
Stocks de fin de campagne 0 0 0
Total des céréales secondaires : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 6 459 6 534 6 309
Superficie récoltée (kha) 5 781 5 780 5 494
Rendement (t/ha) 5,12 4,22 5,38
Production (kt) 29 601 24 387 29 538
Importations (kt) [b] 1 952 6 455 2 077
Offre totale (kt) 35 535 34 469 35 290
Exportations (kt) [c] 8 840 6 793 8 195
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 5 819 6 206 5 977
Provendes, déchets et criblures (kt) 16 808 17 378 16 862
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 23 068 24 000 23 280
Stocks de fin de campagne (kt) 3 627 3 676 3 815
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Oléagineux

Canola

Pour 2021-2022, le Canada a exporté 5,3 millions de tonnes (Mt) de canola, soit une forte baisse par rapport à la campagne agricole précédente en raison de la sécheresse qui a sévi dans l’Ouest canadien, tandis que la trituration intérieure s’est élevée à 8,6 Mt. Les reports ont été de 0,87 Mt, contre une moyenne quinquennale de 2,7 Mt, en raison de l’insuffisance des stocks intérieurs et de la forte demande mondiale. Le prix moyen simple du canola est de 1,075 $/t, contre 730 $/t l’année dernière et la moyenne quinquennale de 556 $/t.

Pour 2022-2023, la superficie ensemencée en canola est estimée à 8,7 millions d’hectares (Mha), soit une baisse de 4 % par rapport à l’année dernière, avec une superficie récoltée prévue de 8,6 Mha. Les rendements sont estimés à 2,23 tonnes par hectare (t/ha), alors que l’année dernière, la sécheresse avait réduit les rendements à 1,54 t/ha. La production prévue est de 19,1 Mt en fonction d’images satellites et d’estimations découlant de modélisations. Par province, la Saskatchewan devrait produire 9,7 Mt de canola, l’Alberta 6,1 Mt et le Manitoba 3,1 Mt. La récolte se fait à un rythme normal, mais est facilitée par des conditions automnales chaudes et sèches, non limitantes. L’offre totale devrait augmenter fortement par rapport à l’année dernière pour atteindre 20,1 Mt, car l’augmentation de la production est limitée par des stocks de report limités.

L’utilisation de canola canadien devrait se redresser, grâce à une hausse prévue d’environ 77 % des exportations qui totaliseront 9,3 Mt et à l’augmentation du volume de trituration au pays qui atteindra 10,0 Mt, contre 8,6 Mt l’an dernier. Les stocks de fin de campagne ont diminué pour s’établir à 0,50 Mt, ce qui donnera un ratio stocks utilisation de 3 %. Les prix du canola devraient chuter à 880 $/t à Vancouver ; si ces prévisions se concrétisent, ce serait le deuxième prix le plus élevé jamais enregistré pour le canola.

Les perspectives pour 2022-2023 restent sensibles à plusieurs facteurs : (i) les conditions de récolte dans tout l’Ouest canadien, aux États-Unis et dans le monde, (ii) la vigueur de la demande mondiale d’huile végétale et de tourteaux protéiques, (iii) les chocs subis dans les chaînes d’approvisionnement, (iv) les chocs macroéconomiques comme l’inflation, la hausse des taux d’intérêt et la fluctuation des prix du pétrole brut, (v) le taux de croissance du secteur du biodiesel et (vi) les retombées de l’invasion russe en Ukraine.

Canola [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée 8 410 9 016 8 667
Superficie récoltée 8 325 8 949 8 580
Rendement (t/ha) 2,34 1,54 2,23
Production (kt) 19 485 13 757 19 099
Importations (kt) [b] 125 105 100
Offre totale (kt) 23 044 15 638 20 074
Exportations (kt) [c] 10 589 5 268 9 300
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 10 425 8 555 10 000
Provendes, déchets et criblures (kt) 190 878 223
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 10 680 9 496 10 274
Stocks de fin de campagne (kt) 1 776 875 500
Prix moyen ($/t) [g] 730 1 075 880
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés.
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : canola (Can n°1 comptant à la ICE Futures Canada en entrepôt à Vancouver)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graine de lin

Pour 2021-2021, les exportations ont été de 0,22 Mt, contre 0,50 Mt l’année précédente, en raison d’une offre intérieure limitée. L’utilisation intérieure totale est estimée à 113 000 t, tandis que les stocks de report sont passés à 84 900 t. Le prix des graines de lin a fortement augmenté pour atteindre 1 206 $/t, par rapport à 693 $/t en 2020-2021 et à la moyenne quinquennale de 526 $/t.

Pour 2022-2023, la superficie semée ne lin est estimée à 0,32 Mha, contre la moyenne quinquennale de 0,39 Mha; la superficie récoltée prévue est de 0,30 Mha. Les rendements sont projetés à 1,5 t/ha, en se fondant sur une production estimée à 0,47 Mt – dont 70 % en Saskatchewan. Les réserves totales devraient augmenter de 34 % pour atteindre à 0,56 Mt dans le contexte de l’augmentation de la production et des stocks de début de campagne.

Les exportations devraient augmenter à 0,38 Mt en raison d’une consommation stable en Chine, en Europe et aux États-Unis. L’utilisation intérieure totale a diminué d’environ 16 % pour s’établir à 0,10 Mt, en raison de la baisse de l’utilisation fourragère et des taux de résidus et d’impuretés, tandis que les stocks de fin de campagne ont augmenté pour atteindre 90 000 t. Les prix du lin devraient diminuer, mais demeurer historiquement très élevés à 690 $/t pour 2022-2023.

Graine de lin [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 377 416 315
Superficie récoltée (kha) 371 404 303
Rendement (t/ha) 1,56 0,86 1,53
Production (kt) 578 346 465
Importations (kt) [b] 26 12 10
Offre totale (kt) 667 417 560
Exportations (kt) [c] 505 219 375
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] N/A N/A N/A
Provendes, déchets et criblures (kt) 85 99 76
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 103 113 95
Stocks de fin de campagne (kt) 59 85 90
Prix moyen ($/t) [g] 693 1.206 690
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : lin (Ouest canadien n°1 comptant à la ICE Futures Canada en entrepôt à Saskatoon)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • s/o : sans objet
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Soya

Pour 2021-2022, les exportations canadiennes de soja ont chuté pour atteindre 4,3 Mt, en raison des stocks intérieurs limités. La transformation intérieure de soja a augmenté de 14 % par rapport à l’an dernier et atteint 1,8 Mt, un niveau normal historique, sous l’impulsion des fortes marges dégagées par la trituration et de la forte demande de tourteaux protéiques. Les prix du soja ont atteint 678 $/t, comparativement à la moyenne simple de 605 $/t en 2020-2021.

En 2022-2023, les agriculteurs ont semé 2,13 Mha de soja au Canada, contre 2,15 Mha l’année dernière, avec une superficie récoltée estimée à 2,10 Mha. La production est de 6,5 Mt, contre 6,3 Mt en 2021-2022, selon les estimations de Statistique Canada basées sur des images satellites et des modèles. L’offre totale devrait augmenter pour s’établir à 7,2 Mt, en raison des hausses de la production et des stocks de début de campagne, combinées à la stabilité des importations.

Les exportations devraient augmenter de 3 % à 4,4 Mt, et les envois sont destinés à un groupe diversifié de pays. La transformation intérieure devrait augmenter légèrement par rapport à l’année dernière pour atteindre 1,9 Mt. Les stocks de report devraient rester inchangés par rapport à l’année dernière, à 0,30 Mt, contre une moyenne quinquennale de 0,51 Mt.

Les prix du soja devraient grimper à 695 $/t, grâce à une augmentation des prix aux États-Unis et à l’affaiblissement du dollar canadien qui viennent contrebalancer une importante récolte de soja aux États-Unis. On suppose un taux de change stable entre le dollar canadien et le dollar américain pour la durée de 2022-2023.

Pour 2022-2023, la production mondiale d’oléagineux est prévue à 647 Mt par l’USDA, soit une hausse de 42 Mt par rapport à l’an dernier. La production américaine de soja est projetée à 4,31 milliards de boisseaux (Gbu), soit 1 % de moins que l’an dernier, constituant une légère diminution des réserves américaines de soja. Les exportations de soja américain devraient s’établir à 2,05 Gbu alors que le volume de trituration intérieur devrait augmenter à 2,24 Gbu. Les stocks de fin de campagne devraient diminuer pour passer à 0,20 Gbu, contre 0,27 Gbu en 2021-2022 et 0,48 Gbu pour la moyenne quinquennale. L’USDA prévoit que le prix du soja à la ferme diminuera de 35 cents/boisseau par rapport au mois dernier, à 14,00 $ US/boisseau, alors que le prix était de 13,30 $ US/boisseau en 2021-2022.

Soja : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 2 052 2 154 2 135
Superficie récoltée (kha) 2 041 2 134 2 097
Rendement (t/ha) 3,12 2,94 3,10
Production (kt) 6 359 6 272 6 505
Importations (kt) [b] 438 560 400
Offre totale (kt) 7 417 7 125 7 203
Exportations (kt) [c] 4 661 4 281 4 400
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 1 636 1 858 1 900
Provendes, déchets et criblures (kt) 603 468 403
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 2 462 2 547 2 503
Stocks de fin de campagne (kt) 294 298 300
Prix moyen ($/t) [g] 605 678 695
  • [a] La campagne agricole s'étend d'août à juillet sauf pour le maïs et le soja (septembre à août).
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • [g] Prix moyens de la campagne agricole : soja (n°2 en entrepôt à Chatham)
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total des oléagineux : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 10 839 11 585 11 116
Superficie récoltée (kha) 10 738 11 486 10 980
Rendement (t/ha) 2,46 1,77 2,37
Production (kt) 26 421 20 375 26 070
Importations (kt) [b] 588 676 510
Offre totale (kt) 31 129 23 180 27 837
Exportations (kt) [c] 15 755 9 768 14 075
Alimentation et utilisation industrielle (kt) [d] 12 061 10 413 11 900
Provendes, déchets et criblures (kt) 878 1 444 702
Utilisation intérieure totale (kt) [e] 13 245 12 155 12 872
Stocks de fin de campagne (kt) 2 129 1 257 890
  • [b] Ne comprend pas les importations de produits dérivés
  • [c] Comprend les exportations de produits du blé, du blé dur, de l'orge, de l'avoine et du seigle. Ne comprend pas les exportations de produits d'oléagineux.
  • [d] Les informations sur l'utilisation du soja à des fins industrielles et de l'alimentation humaine sont fondées sur les données provenant de la Canadian Oilseed Processors Association.
  • [e] Utilisation intérieure est égal à Alimentation humaine et utilisation industrielle plus Provendes, déchets et criblures plus Semences, plus Perte de manutention
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes per hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Légumineuses et cultures spéciales

Pois secs

En 2021-2022, les exportations ont été inférieures au niveau de 2020-2021, soit 1,91 million de tonnes (Mt), malgré des expéditions records vers les États-Unis, qui ont été contrebalancées par une baisse des expéditions vers la Chine et le Bangladesh. L’utilisation intérieure était inférieure à celle de l’année précédente. Le prix moyen des pois secs a atteint un record de 590 $/t, une hausse de 74 %, en raison de la forte demande ; toutefois, une baisse de l’offre a entraîné une chute des stocks de fin de campagne en 2021-2022. Le prix moyen de tous les types de pois secs pour cette campagne agricole a été plus élevé que les années précédentes.

En 2022-2023, la production au Canada devrait augmenter d’environ 59 % pour passer à 3,6 Mt, en raison de l’importante augmentation des rendements dans l’Ouest canadien. On prévoit que l’Alberta et la Saskatchewan produiront 3,3 Mt de pois secs, le reste de la production provenant du Manitoba, de la Colombie-Britannique et de l’Est canadien. L’offre devrait augmenter de 42 % par rapport à l’année précédente, à près de 4,1 Mt. On prévoit que les exportations augmenteront considérablement, à 2,7 Mt, et la Chine, les États-Unis et le Bangladesh devraient être les principaux marchés du Canada. On s'attend également à une augmentation de l'utilisation intérieure, mais les stocks de fin de campagne devraient augmenter en raison de l'augmentation de l'offre. Le prix moyen devrait diminuer de 25 % par rapport à 2021-2022 pour passer à 440 $/t.

Au cours du mois de septembre, les prix à la ferme des pois verts et jaunes de la Saskatchewan ont diminué de 15 $/t. Actuellement, les pois verts bénéficient d’une prime de 5 $/t par rapport aux pois jaunes, alors que l’an passé le prix des pois verts présentait un écart négatif de 65 $/t par rapport à celui des pois jaunes.

En 2022-2023, l’USDA estime que, aux États-Unis, la superficie ensemencée en pois secs diminuera de 6 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 0,9 million d’acres. Cela est principalement attribuable à une diminution de la superficie ensemencée au Dakota du Nord et au Montana. Toutefois, vu les rendements plus élevés et les taux d’abandon plus faibles, la production de pois secs aux États-Unis devrait, selon l’USDA, augmenter de 29 % pour atteindre 0,5 Mt. Les États-Unis ont exporté environ 230 milliers de tonnes (Kt) de pois secs en 2021-2022, principalement vers le Canada, les Philippines et la Chine. Ils devraient tenter de maintenir leur part de marché en 2022-2023, vu leur production qui devrait être plus élevée que l’année précédente.

Pois secs [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 722 1 546 1 363
Superficie récoltée (kha) 1 685 1 491 1 328
Rendement (t/ha) 2,73 1,51 2,70
Production (kt) 4 594 2 258 3 586
Importations (kt) [b] 81 29 80
Offre totale (kt) 4 909 2 845 4 051
Exportations (kt) (b) 3 582 1 909 2 700
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 768 551 701
Stocks de fin de campagne (kt) 559 385 650
Ratio stocks-utilisation 13 % 16 % 19 %
Prix moyen (d) 340 590 440
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Lentilles

En 2021-2022, les exportations de lentilles ont chuté pour s’établir à 1,6 Mt, en baisse de 31 % par rapport à l’année précédente. Ce volume total englobe 1,0 Mt de lentilles rouges et 0,6 Mt de lentilles vertes. Les principaux marchés d’exportation étaient la Turquie, l’Inde, les Émirats arabes unis et les États-Unis. L’utilisation intérieure totale était inférieure à celle de l’année précédente, soit 0,27 Mt. Les stocks de report ont chuté de près de moitié à 0,2 Mt. Le prix moyen des lentilles au Canada était considérablement plus élevé que celui de 2020-2021 et a connu une hausse de 50 % s’expliquant par une offre limitée. Les grosses lentilles vertes de catégorie no 1 ont conservé une bonification pour la campagne agricole de 325 $/t par rapport au prix des lentilles rouges no 1.

En 2022-2023, grâce à des rendements nettement plus élevés dans l’Ouest canadien, la production devrait augmenter de 73 % pour atteindre 2,8 Mt. On prévoit que la production de grosses lentilles vertes augmentera par rapport à l’an passé pour s’établir à 0,5 Mt et que la production de lentilles rouges augmentera elle aussi pour atteindre 2,0 Mt. La production des autres types de lentilles devrait elle aussi augmenter par rapport à l’an passé, à 0,26 Mt.

L’offre devrait être de près de 1,0 Mt plus élevée que l’an passé, les faibles stocks de report étant partiellement compensés par la hausse de la production. Les exportations devraient être de 44 % plus élevées que l’an passé, à 2,3 Mt, et l’Indie, les Émirats arabes unis, les États-Unis et la Turquie devraient demeurer les principaux marchés d’exportation. L’utilisation intérieure devrait être plus élevée que l’an passé et s’établir à 376 Kt. On prévoit que les stocks de fin de campagne seront nettement plus élevés que l’année précédente, à 0,4 Mt. Le prix moyen global devrait être de 23 % inférieur à celui de 2021-2022, à 750 $/t. La bonification du prix des grosses lentilles vertes par rapport à celui des lentilles rouges devrait s’amoindrir par rapport à l’an passé.

Selon les prévisions de l’USDA pour 2022-2023, la superficie ensemencée en lentilles aux États-Unis devrait atteindre 0,67 million d’acres, soit 5 % de moins qu’en 2021-2022, en raison de la réduction de l’ensemencement au Montana. Toutefois, en raison de la hausse des rendements et de la baisse du taux d’abandon, la production de lentilles aux États-Unis devrait, selon l’USDA, s’établir à 0,22 Mt, en hausse de 47 % par rapport à 2021-2022. Les exportations de lentilles des États-Unis s’élèvent à environ 0,27 Mt annuellement, les principaux marchés demeurant l’UE, le Canada, la Colombie et le Mexique.

Lentilles [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 1 713 1 742 1 748
Superficie récoltée (kha) 1 705 1 716 1 724
Rendement (t/ha) 1,68 0,94 1,61
Production (kt) 2 868 1 606 2 777
Importations (kt) [b] 110 51 75
Offre totale (kt) 3 187 2 096 3 076
Exportations (kt) (b) 2 326 1 600 2 300
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 422 271 376
Stocks de fin de campagne (kt) 438 224 400
Ratio stocks-utilisation 16 % 12 % 15 %
Prix moyen (d) 645 970 750
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec  lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Haricots secs

En 2021-2022, les exportations de haricots secs étaient inférieures à celles de l’année précédente, à 327 Kt. Les États-Unis et l’UE sont restés les principaux marchés d’exportation pour les haricots secs canadiens, tandis que de plus petits volumes ont été exportés vers le Japon et le Mexique. Les stocks de fin de campagne ont augmenté, car la production réduite a été amortie par d'importants stocks de report et une demande d'exportation modérée des marchés soucieux des prix. La faiblesse du dollar canadien et la récolte nord américaine de haricots secs plus restreinte expliquent la majeure partie du niveau record des prix des haricots secs au Canada en 2021-2022, qui ont été de 30 % plus élevés que l’année précédente.

En 2022-2023, la production devrait chuter de 21 % pour s’établir à 305 Kt, dont 80 Kt de petits haricots ronds blancs et 225 Kt de haricots colorés. La production a diminué en Ontario et en Alberta, alors qu’elle a augmenté au Manitoba pour atteindre 122 Kt.

L’offre devrait diminuer de 5 %, à 0,55 Mt, malgré les stocks de report élevés. Les exportations devraient s’établir à 350 Kt, ce qui est plus élevé que l’année précédente. Les États-Unis et l’UE devraient demeurer les principaux marchés d’exportation pour les haricots secs canadiens, et l’augmentation de la part de marché du Canada en Afrique devrait se poursuivre. On prévoit que les stocks de fin de campagne vont chuter à 115 Kt et que le prix moyen des haricots secs canadiens augmentera légèrement, pour atteindre un niveau sans précédent de 1 235 $/t en raison de l’offre nord-américaine similaire.

Selon l’USDA, la superficie ensemencée en haricots secs aux États-Unis devrait diminuer de 10 % pour totaliser moins de 1,25 million d’acres, surtout en raison de la réduction des superficies ensemencées au Dakota du Nord et au Minnesota. L’USDA prévoit que la production globale de haricots secs (à l’exclusion des pois chiches) aux États-Unis atteindra 1,1 Mt en 2022-2023, soit une hausse de 11 % par rapport à 2021-2022, qui s’expliquerait en grande partie par une augmentation des rendements et une diminution des taux d’abandon. Les marchés d’exportation des États-Unis devraient continuer d’être l’UE, le Mexique et le Canada. Les volumes d’exportation annuels des États-Unis sont semblables à ceux du Canada, à environ 0,3 0,4 Mt.

Haricots secs [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 185 177 120
Superficie récoltée (kha) 183 171 113
Rendement (t/ha) 2,68 2,26 2,70
Production (kt) 490 386 305
Importations (kt) [b] 63 75 75
Offre totale (kt) 578 571 545
Exportations (kt) (b) 396 327 350
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 72 79 80
Stocks de fin de campagne (kt) 110 165 115
Ratio stocks-utilisation 24 % 41 % 27 %
Prix moyen (d) 930 1 210 1 235
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Pois chiches

En 2021-2022, les exportations de pois chiches canadiens ont augmenté de 10 % par rapport à l’an dernier, atteignant 176 Kt. La demande accrue de la Turquie et des États-Unis ont sous-tendu l’augmentation des exportations. En raison de l’offre plus faible et de l’augmentation des exportations, les stocks de fin de campagne ont chuté par rapport à l’année précédente, à 147 Kt. Le prix moyen a augmenté de 52 % pour atteindre 975 $/t, en raison de la hausse de la demande d’exportation pour tous les types de pois chiches.

En 2022-2023, la production devrait nettement augmenter pour atteindre 157 Kt, grâce à une augmentation des superficies ensemencées et des rendements. Toutefois, l’offre devrait diminuer de 9 % pour passer à 349 Kt, en raison d’une diminution des stocks de report. Les exportations devraient elles aussi diminuer, et l’UE, les États-Unis et le Pakistan devraient demeurer les principaux marchés pour les pois chiches canadiens. Les stocks de fin de campagne devraient diminuer, mais seulement de façon minime, ce qui pourrait avoir un effet positif sur les prix. Cependant, on prévoit que le prix moyen chutera de 5 % en raison de l’accroissement prévu de l’offre mondiale.

Selon l’USDA, la superficie ensemencée en pois chiches pour 2022-2023 devrait s’établir à 0,36 million d’acres, en très légère baisse par rapport à 2021-2022. Compte tenu des rendements dans la normale et des taux d’abandon plus faibles prévus par l’USDA, la production de pois chiches aux États-Unis en 2022-2023 devrait totaliser 178 Kt, soit 37 % de plus qu’en 2021-2022.

Pois chiches [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 121 75 95
Superficie récoltée (kha) 120 74 92
Rendement (t/ha) 1,79 1,04 1,71
Production (kt) 214 76 157
Importations (kt) [b] 41 30 45
Offre totale (kt) 506 382 349
Exportations (kt) (b) 160 176 150
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 70 59 59
Stocks de fin de campagne (kt) 275 147 140
Ratio stocks-utilisation 119 % 63 % 67 %
Prix moyen (d) 640 975 925
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  •  t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines de moutarde

En 2021-2022, les exportations canadiennes de moutarde ont atteint 106 Kt, en raison de l’offre intérieure limitée. Les stocks de fin de campagne ont également diminué en raison de la baisse de l’offre. Les prix ont augmenté pour tous les types, pour atteindre le niveau record de 2 885 $/t, en raison des stocks de fin de campagne limités et de la forte demande.

En 2022-2023, la production devrait environ tripler et atteindre 177 Kt, grâce à une augmentation des superficies récoltées et à un retour à des rendements normaux. La production de moutarde blanche, de moutarde chinoise et de moutarde brune a augmenté. L’offre devrait augmenter de 46 % par rapport à l’an passé, compte tenu des faibles stocks de report. Les exportations devraient augmenter et atteindre 115 Kt. On prévoit une nette augmentation des stocks de fin de campagne, à 55 Kt. Les États-Unis et l’UE devraient demeurer les principaux marchés d’exportation pour les graines de moutarde canadiennes. Le prix moyen devrait diminuer de 24 %, en raison de l’augmentation de l’offre intérieure, et s’établir à 2 200 $/t.

Graines de moutarde [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 104 117 225
Superficie récoltée (kha) 101 110 214
Rendement (t/ha) 0,99 0,55 0,83
Production (kt) 100 61 177
Importations (kt) [b] 6 9 7
Offre totale (kt) 191 130 190
Exportations (kt) (b) 111 106 115
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 20 18 20
Stocks de fin de campagne (kt) 61 6 55
Ratio stocks-utilisation 46 % 5 % 41 %
Prix moyen (d) 885 2 885 2 200
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines à canaris

En 2021-2022, les exportations ont légèrement augmenté par rapport à l’année précédente, atteignant 173 Kt. Cette hausse était due à l’augmentation des exportations vers le Mexique. Le prix moyen a atteint un niveau record, ce qui a été favorisé par les stocks de fin de campagne limités au Canada.

En 2022-2023, la production est estimée à 157 Kt, ce qui représente une augmentation de 28 Kt, car la diminution des superficies récoltées devrait être largement compensée par l’amélioration des rendements. Les exportations devraient être limitées par une offre réduite sur des stocks de report réduits. L’UE et le Mexique devraient demeurer les principaux marchés d’exportation, suivis par l’Amérique du Sud et les États-Unis. Les stocks de fin de campagne devraient être semblables à l’année précédente. Le prix moyen devrait chuter par rapport à 2021-2022 pour s’établir à 900 $/t, en raison d’une hausse de la production mondiale.

Graines à canaris [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 135 124 118
Superficie récoltée (kha) 135 123 107
Rendement (t/ha) 1,67 1,05 1,47
Production (kt) 225 129 157
Importations (kt) [b] 0 0 0
Offre totale (kt) 241 202 178
Exportations (kt) (b) 160 173 145
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 8 8 8
Stocks de fin de campagne (kt) 73 21 25
Ratio stocks-utilisation 44 % 12 % 16 %
Prix moyen (d) 690 1 125 900
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Graines de tournesol

En 2021-2022, les exportations de graines de tournesol ont diminué de 18 %, pour atteindre 42 Kt, en raison de la diminution de la demande des États Unis. Malgré cela, les stocks de fin de campagne n'ont augmenté que légèrement, limités par la réduction de l'offre et la stabilité de l'utilisation intérieure. Le prix moyen de l’ensemble des graines de tournesol au Canada a nettement augmenté par rapport à l’an dernier en raison du prix plus élevé des graines de tournesol de type oléagineux et des graines de type confiserie.

En 2022-2023, la production est estimée à 68 Kt, ce qui représente une baisse de 17 % par rapport à l’an passé, portée par une diminution des superficies récoltées, mais par une hausse des rendements. L’offre devrait diminuer d’environ 8 % pour s’établir à 216 Kt, en raison d’une baisse de la production qui sera toutefois partiellement compensée par une augmentation des stocks de report. On prévoit une hausse des exportations, mais les stocks de fin de campagne devraient chuter de 19 %, à 95 Kt. Les États-Unis devraient demeurer le principal marché d’exportation des graines de tournesol canadiennes. Le prix moyen devrait augmenter de 7 %, grâce à une hausse des prix des graines de type confiserie et à des prix semblables pour les graines de tournesol de type oléagineux.

L’USDA prévoit que la superficie ensemencée en graines de tournesol aux États-Unis en 2022-2023 devrait atteindre près de 1,7 million d’acres, ce qui représente une hausse de 31 % par rapport à l’an passé en raison de l’augmentation de la superficie ensemencée au Dakota du Nord et au Dakota du Sud. La superficie ensemencée en variétés de type oléagineux est passée à plus de 1,55 million d’acres, alors que celle consacrée aux variétés de type confiserie est passée à 0,14 million d’acres. Pour 2022-2023, l’USDA prévoit que la production de graines de tournesol des États-Unis atteindra 1,32 Mt, soit 53 % de plus que l’an passé.

Pour 2022-2023, l’offre mondiale de graines de tournesol devrait selon l’USDA atteindre un niveau record, à 64 Mt. Cette légère hausse par rapport à l’année précédente s’explique par une hausse de la production prévue de l’UE et par des stocks de report à leur plus haut niveau jamais enregistré. L’utilisation intérieure mondiale devrait augmenter légèrement pour atteindre le niveau record de 53 Mt, et les exportations mondiales devraient grimper de 24 % pour atteindre le niveau record de 4,9 Mt. Les stocks de fin de campagne mondiaux devraient chuter de 10 % et s’établir à 6,8 Mt, ce qui demeure bien au-dessus de la moyenne sur cinq ans.

Graines de tournesol [a] : le 21 octobre 2022
2020-2021 2021-2022[p] 2022-2023[p]
Superficie ensemencée (kha) 45 41 38
Superficie récoltée (kha) 45 40 33
Rendement (t/ha) 2,25 2,03 2,07
Production (kt) 101 82 68
Importations (kt) [b] 36 37 30
Offre totale (kt) 241 235 216
Exportations (kt) (b) 51 42 45
Utilisation intérieure totale (kt) (c) 74 75 76
Stocks de fin de campagne (kt) 116 118 95
Ratio stocks-utilisation 93 % 102 % 78 %
Prix moyen (d) 620 900 960
  • [a] Campagne agricole d'août à juillet. Comprend les légumineuses (pois sec, lentille, haricot sec, pois chiche) et les cultures spéciales (graine de moutarde, graine à canaris et graine de tournesol).
  • [b] Les produits sont exclus.
  • [c] Comprend l'alimentation humaine et animale, les semences, les déchets et les criblures. L'utilisation intérieure totale est calculée sur une base résiduelle.
  • [d] Prix au producteur franco à bord (FAB) : usine Moyenne - tous types grades et marchés confondus.
  • kha : milliers d'hectares
  • t/ha : tonnes par hectare
  • kt : milliers de tonnes métriques
  • $/t : dollars par tonne
  • p : prévisions d’AAC, exception faites de celles de Statistiques Canada sur la superficie, le rendement et la production pour 2020-2021
  • Source : Statistique Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)

Données historiques

On peut obtenir des données historiques sur les principales grandes cultures sous forme de tableur électronique en adressant un courriel à aafc.bulletin.aac@agr.gc.ca. Veuillez préciser les cultures, les campagnes agricoles et le format de fichier préféré.