Rapport national sur les risques agroclimatiques – Du 10 au 31 août 2021

Le présent rapport fournit des renseignements à jour sur les conditions agroclimatiques pour toutes les régions du Canada, ainsi que sur les risques et répercussions connexes. Les rapports sont produits toutes les trois semaines.

Aperçu national

Les risques climatiques les plus importants pour l’agriculture au cours de la période visée par le présent rapport sont les conditions de sécheresse dans tout l’ouest du Canada et la sécheresse émergente dans le sud du Québec.

Les conditions sèches qui sévissent dans l’ouest du Canada s’étendent du nord-ouest de l’Ontario à la côte ouest de la Colombie-Britannique, en passant par les Prairies, et se prolongent vers l’ouest des États-Unis. L’étendue et la gravité de la sécheresse actuelle dans les Prairies ont entraîné des pertes de rendement des cultures estimées entre 30 et 40 %, un mauvais état des pâturages et des parcours naturels ainsi que d’importantes pénuries d’aliments pour le bétail et d’approvisionnement en eau. Pour résoudre les problèmes d’alimentation des animaux, les agriculteurs ont converti des cultures de mauvaise qualité en aliments pour le bétail, et les éleveurs de bovins ont continué à réduire le nombre de troupeaux reproducteurs. Malgré les récentes précipitations et les conditions plus fraîches dans l’ouest du Canada, les effets de cette sécheresse ne devraient pas s’améliorer.

Dans le centre et l’est du Canada, les conditions de croissance restent favorables dans la plupart des régions. Les trois dernières semaines ont été sèches et chaudes dans l’est de l’Ontario et le sud du Québec, certaines cultures montrant des signes de stress attribuable à la chaleur ou à la sécheresse. Le Canada atlantique a récemment connu des températures anormalement élevées et de faibles précipitations, mais l’humidité du sol continue de soutenir les cultures.

Les prévisions à court terme d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) prévoient des températures supérieures à la moyenne sur la côte de la Colombie-Britannique, dans certaines parties de l’est du Québec et dans la région de l’Atlantique, tandis que des températures près de la normale ou inférieures à la normale sont attendues dans la plus grande partie de l’Alberta, dans le sud de la Saskatchewan et dans le sud du Manitoba. Des précipitations supérieures à la normale sont attendues dans toutes les régions agricoles, à l’exception de la Colombie-Britannique. Des conditions humides pendant la récolte pourraient ralentir la progression et dégrader la qualité des cultures, mais elles favoriseraient la maturation des cultures et la recharge en eau du sol.

Cartes

Précipitations accumulées sur 14 jours (du 16 au 30 août 2021)

Au cours des 14 derniers jours, des précipitations abondantes ont été enregistrées dans l’est des Prairies et l’ouest de l’Alberta, améliorant l’humidité du sol. Toutefois, les précipitations sont arrivées trop tard pour profiter aux cultures ou aux prairies de fauche cette année. De grandes parties du paysage agricole du Manitoba ont reçu de 50 à 100 mm de pluie, et certaines régions ont reçu jusqu’à 120 mm de précipitations. Le centre-sud de la Saskatchewan a également reçu des précipitations abondantes, avec des valeurs se situant entre 50 et 80 mm. Dans l’est du Canada, le temps sec a dominé, la plupart des régions du centre du pays n’ayant reçu que de 10 à 25 mm de pluie.

Outil de surveillance des sécheresses au Canada (évaluation préliminaire d’août)

Selon l’évaluation préliminaire réalisée à l’aide de l’outil de surveillance des sécheresses au Canada pour le mois d’août, 78 % du paysage agricole du Canada, ou 98 % des terres agricoles de l’ouest du Canada, ont été classés dans la catégorie « anormalement sèches » (D0) ou affichant une « sécheresse modérée à exceptionnelle » (D1-D4). D’après cette évaluation, la sécheresse a des répercussions sur 83 % du cheptel bovin, 85 % de la production fourragère du Canada et 85 % de la production de céréales et d’oléagineux du Canada. Les récentes précipitations dans une grande partie de l’ouest du Canada ont amélioré l’humidité du sol, mais ont eu une incidence négligeable sur la gravité globale de la sécheresse.

Conditions régionales

  • Colombie-Britannique
    • Même si la province a reçu des précipitations et connu des températures plus basses, les conditions de sécheresse en Colombie-Britannique se sont généralement aggravées. De petites améliorations ont été signalées dans les régions de North Peace, Fort Nelson, Fraser East et East Kootenay. La sécheresse et les feux incontrôlés continuent de toucher la moitié sud de la province, y compris l’île de Vancouver, les basses-terres continentales ainsi que l’intérieur sud et central.
    • Les feux incontrôlés continuent à avoir des répercussions sur le bétail. Les éleveurs continuent à déplacer le bétail vers des endroits sûrs et à mettre les animaux qui sont sur place à l’abri. Des cas de mortalité de bovins de boucherie attribuables aux feux incontrôlés ont été signalés.
    • L’approvisionnement en aliments pour le bétail est faible, et les éleveurs n’ont pas assez d’aliments pour alimenter le bétail durant tout l’hiver. Du foin est actuellement expédié de l’île de Vancouver et du nord de la Colombie-Britannique et de la région de Vanderhoof vers l’intérieur.
    • Les fraises de la vallée du Fraser affichent un bon rendement. Les bleuets ont été durement touchés par la vague de chaleur de juin. Les raisins de l’Okanagan ne seront pas touchés par la fumée des feux incontrôlés.
  • Alberta
    • Des pluies généralisées de 10 à 80 mm ont amélioré la situation de l’humidité du sol en Alberta. Toutefois, il est trop tard pour qu’elles puissent améliorer la plupart des cultures.
    • Seuls 19 % de l’ensemble des cultures seraient en bon ou en excellent état. Les cultures irriguées de la région du sud représentent la plus grande partie des 22 % de cultures jugées bonnes ou excellentes. Les autres régions ont obtenu entre 14 et 20 % de cultures qualifiées de bonnes à excellentes. Les pommes de terre, le lin et le blé d’hiver ont donné de bien meilleurs rendements comparativement à d’autres cultures.
    • La récolte est en cours, celle des pois étant la plus avancée, suivie de celles de l’orge et du blé de printemps. La province a indiqué que les rendements devraient se situer à 61 % de la moyenne décennale.
    • Les opérations de récolte ont été interrompues dans certaines régions en raison des récentes précipitations. La récolte dans la région du sud est la plus avancée, avec 34 % de taux combinés, tandis que celle réalisée dans la région Peace est la moins avancée, avec 7 % de taux combinés. Dans l’ensemble, 17 % des cultures sont combinées, ce qui est bien supérieur à la moyenne quinquennale de 7 %.
    • Les taux d’humidité du sol sous la surface sont qualifiés comme suit : 25 % mauvais, 37 % moyens, 35 % bons et 3 % excellents.
    • Comme pour la moyenne quinquennale, 46 % des terres arides et 16 % des terres irriguées devraient connaître une deuxième coupe de foin.
  • Saskatchewan
    • Des précipitations abondantes ont été reçues dans une grande partie de la province, améliorant l’humidité du sol et retardant la combinaison. L’humidité de la couche arable des terres cultivées a été jugée adéquate à 32 %, tandis que celle du foin et des pâturages a été jugée adéquate à 23 %. La pluie entraînera un déclassement des cultures encore dans les champs, mais elle profitera aux pâturages et aidera à la repousse pour l’année prochaine.
    • La récolte est achevée à 29 %, contre 20 % la semaine dernière, ce qui est bien au-delà de la moyenne quinquennale de 12 %. C’est dans le sud que la récolte est la plus avancée.
    • On estime que les rendements globaux des cultures sont bien inférieurs à la moyenne quinquennale. Les rendements du blé et du canola devraient diminuer de 34 % et de 33 %, respectivement.
  • Manitoba
    • De 40 à 60 mm de précipitations sont tombés sur la plupart des régions de la province, avec des quantités plus importantes dans les régions du sud et de l’ouest. Les régions du nord-ouest, du sud-ouest et d’Interlake ont connu des quantités plus importantes, de 60 à 100 mm. Les précipitations sont arrivées trop tard pour avoir une incidence sur les rendements de la plupart des cultures annuelles, mais elles profiteront quelque peu aux cultures de fin de saison, notamment le soja, le maïs et le tournesol.
    • Les pluies des dernières semaines ont ralenti la récolte. La récolte des céréales d’hiver et des pois est terminée, celle du blé de printemps est achevée à 63 . Les rendements du blé devraient être inférieurs de 8 %.
    • Les cultures de canola connaissent des conditions de croissance parmi les plus mauvaises de ces dix dernières années ou plus. Les rendements moyens devraient diminuer de 15 %.
    • Selon Statistique Canada, les rendements du soja devraient chuter de 40 % en raison de la sécheresse.
    • Les récentes précipitations ont contribué à faire verdir les pâturages, mais elles sont arrivées trop tard pour améliorer l’approvisionnement en aliments pour animaux de cette année. La pluie a eu peu d’impact sur les réserves d’eau de surface, car la plupart des précipitations ont été absorbées par le sol, et le ruissellement a été très faible.
    • Les agriculteurs continuent à réduire les troupeaux pour faire face aux pénuries d’aliments pour animaux. La végétation des fossés en bordure de route est récoltée et mise en balles pour le foin, et les cultures céréalières sont récoltées pour le fourrage vert.
  • Ontario
    • Les conditions de croissance ont été généralement bonnes dans la plus grande partie de l’Ontario, à l’exception du nord-ouest, où la sécheresse a persisté, soumettant les cultures fourragères et annuelles à un stress important.
    • Dans tout le sud de l’Ontario, les trois dernières semaines ont été plus chaudes que la normale. Les précipitations ont été éparses et peu fréquentes jusqu’au 29 août, date à laquelle plusieurs bandes d’orages ont apporté de la pluie dans la plus grande partie de la région.
    • Le maïs est suffisamment avancé pour que l’impact du temps sec sur le remplissage des grains soit minime, mais certaines cultures de soja sur des sols à faible capacité de rétention d’humidité pourraient voir leur rendement diminuer.
  • Québec
    • Les conditions se sont rapidement détériorées dans toutes les régions en raison de la canicule et du manque de précipitations. Au 27 août, l’état d’humidité du sol était qualifié de sec à très sec.
    • La canicule du mois d’août a entraîné un mûrissement rapide des cultures, causant des pertes dans certaines régions, notamment pour la laitue en Montérégie et le maïs doux en Mauricie. En outre, on a signalé la présence de maladies dans certains champs de soja et certaines cultures maraîchères. Le développement du maïs et du soja est en retard par rapport à l’année dernière dans la plupart des régions.
  • Région de l’Atlantique
    • Les conditions générales sont bonnes, avec une humidité suffisante par rapport aux périodes de déclaration précédentes. Toutefois, en raison des températures anormalement élevées et du manque de précipitations, certaines régions ont connu des conditions sèches, notamment West Prince, sur l’Île-du-Prince-Édouard, le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, le nord-ouest du Nouveau-Brunswick et les parties centrale et orientale de Terre-Neuve-et-Labrador.
    • Les fourrages de deuxième et troisième coupes sont presque entièrement récoltés, et les rendements sont très bons. Certains producteurs participent à la Hay West Harvest Campaign pour pallier les pénuries dans l’ouest du Canada.
    • Les récoltes de blé et d’orge sont en cours, et les rendements sont très bons. Les rendements des raisins et des bleuets devraient être supérieurs à la moyenne. La récolte de variétés de pommes précoces est en cours. Certaines variétés de pommes de terre précoces ont été défanées, et les rendements semblent bons.

Prévisions

  • Les prévisions d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) font état d’un temps humide et orageux pour le sud de la Colombie-Britannique et la région des Prairies. Des précipitations importantes sont attendues en association avec l’ouragan Ida dans la région de l’Atlantique. Les températures devraient être supérieures à la normale sur la côte de la Colombie-Britannique, dans certaines parties de l’est du Québec et dans la région de l’Atlantique, tandis que des températures proches de la normale ou inférieures à la normale sont attendues dans la région des Prairies.
  • Les prévisions mensuelles de ECCC pour septembre font état de températures supérieures à la normale pour la Colombie-Britannique, l’est du Québec et la région de l’Atlantique. Les conditions devraient être plus humides que la normale dans tout le pays en septembre, sauf en Colombie-Britannique.

Ce rapport a été créé avec l’aide de notre réseau de bénévoles des Rapports sur les impacts agroclimatiques. Chaque mois, ils nous aident à faire rapport sur les conditions actuelles et les risques liés aux conditions météorologiques pour le secteur agricole du Canada. Si vous souhaitez devenir un bénévole des Rapports sur les impacts agroclimatiques, consultez le site Joignez-vous au réseau.