Laboratoire vivant – Québec

Laboratoire vivant – Québec est situé au centre du grand bassin hydrographique du lac Saint-Pierre. Ses activités se déroulent principalement sur trois territoires, soit le bassin versant de la rivière Bois-Blanc, le bassin versant de la rivière du Pot-au-Beurre et une région comprenant de petits bassins versants se déversant directement dans le lac Saint-Pierre, appelée le bassin versant « Rive-Sud du Lac Saint-Pierre ».

La description de cette image suit.
Description de l’image ci-dessus

Une carte du Bas-Québec mettant en évidence la région du lac Saint-Pierre et l'emplacement des trois bassins versants où se déroulent les recherches de Laboratoire vivant – Québec. Ces bassins versants comprennent le bassin versantde la rivière Pot-au-Beurre, le bassin versant de la rivière Bois-Blanc et le bassin versant de la Rive-Sud du lac Saint-Pierre. Préparé par Agriculture et Agroalimentaire Canada. Les données au sujet des bassins versants proviennent de AGIR Maskinongé. Fond de carte gracieuseté de Earthstar Geographics.

Le lac Saint-Pierre est un bassin d'eau douce situé dans la région de la voie maritime du Saint-Laurent entre Trois-Rivières et Sorel-Tracy qui alimente plusieurs bassins versants des environs. Le territoire constituant son bassin hydrographique est immense (990 000 km2), dont 14 percent est situé au Québec. Malgré sa taille relativement petite, la portion québécoise du bassin versant touche 11 régions administratives, 58 municipalités régionales de comté et 654 municipalités.

Le sol riche autour du lac Saint-Pierre est idéal pour l'agriculture où le maïs et le soja sont les principales récoltes cultivées sur environ 5 000 hectares de ses rives, tandis que la terre est également utilisée pour le pâturage du bétail. Le rythme et l’ampleur des crues printanières semblent s’amplifier dans la région, ce qui pourrait accélérer l’érosion des sols et la contamination des cours d’eau au printemps. Laboratoire vivant – Québec a l'intention d'adopter des solutions agricoles durables et adaptées à l'écosystème des bassins versants du lac Saint-Pierre. En collaboration avec les partenaires externes, les producteurs de la région du lac Saint-Pierre et AAC ont co-défini les enjeux prioritaires devant faire l’objet d’activités d’innovation. Trois enjeux prioritaires se sont démarqués :

  • la gestion des sols (changement climatiques et qualité du sol)
  • la qualité de l’eau
  • la biodiversité

De plus, des besoins de recherche en alimentation et en gestion de déjections animales ainsi qu’en gestion des effluents d’élevage ont également été soulevés lors de ces rencontres.

Dans le cadre du Laboratoire vivant – Québec, les activités de recherche dans les bassins versants du lac Saint-Pierre, se feront en complémentarité avec celles réalisées sur tout son littoral (ses rives) par le Pôle d’expertise du lac Saint-Pierre financé par le Gouvernement du Québec et mené par les Universités Laval, McGill et du Québec à Trois-Rivières.

Collaborateurs

  • Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Producteurs participants des trois bassins versants
  • Confédération de l’Union des producteurs agricoles du Québec (Collaborateur principal)
  • Canards Illimités Canada
  • Conservation de la nature Canada
  • Fédération régionale de l’UPA-Montérégie
  • Fédération régionale de l’UPA-Centre-du-Québec
  • Fédération régionale de l’UPA-Mauricie
  • Fédération régionale de l’UPA-Lanaudière
  • Fondation de la faune du Québec
  • Environnement et Changements Climatiques Canada
  • L’organisme de bassin versant AGIR-Maskinongé
  • Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec
  • Ministère de l’Environnement et de la Lutte aux Changements Climatiques du Québec
  • Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec
  • Nation Waban-Aki
  • Pêches et Océans Canada
  • Ressources Naturelles Canada
  • Université du Québec à Trois-Rivières
  • Université Laval
  • Université McGill

Activités

Aménagement des cours d’eau

L’objectif est de diminuer les dommages associés aux inondations printanières et aux pointes de crue estivales et automnales.

Activités du collaborateur principal ou d’Agriculture et Agroalimentaire Canada :

  • Évaluer les impacts socio-économiques et environnementaux à l’échelle régionale;
  • Évaluer les besoins réglementaires et politiques.

Cultures de couverture des sols

L’objectif est de garder une couverture végétale au sol à l’année pour diminuer l’érosion et maintenir la santé physique, chimique et biologique des sols.

Activités du collaborateur principal ou d’Agriculture et Agroalimentaire Canada :

  • Caractériser les pratiques de cultures de couverture déjà en cours dans les trois régions à l’étude;
  • Tester de nouvelles cultures de couverture et de nouvelles gestions de cultures de couverture (essais à AAC et à la ferme) et leurs impacts sur la santé physique, chimique et biologique des sols, les rendements, la biodiversité du paysage agricole (par exemple oiseaux et insectes) la production de gaz à effet de serre des sols agricoles et socio-économiques à la ferme (incitatifs et freins à l’adoption).

Bandes riveraines

L’objectif est de minimiser l’érosion des berges et protéger l’intégrité des cours d’eau qui traversent le paysage agricole.

Activités du collaborateur principal ou d’Agriculture et Agroalimentaire Canada :

  • Produire une caractérisation géographique du paysage agricole dans les trois régions à l’étude;
  • Déterminer des sites stratégiques dans les trois régions à l’étude pour implanter des bandes riveraines;
  • Mettre à profit l’intelligence artificielle pour adapter les bandes riveraines aux conditions du milieu;
  • Évaluer de possibles vocations économiques des bandes riveraines;
  • Évaluer l’impact des bandes riveraines sur la qualité de l’eau, la biodiversité (par exemple plantes, oiseaux et insectes) et socio-économique à la ferme (incitatifs et freins à l’adoption).

Alimentation et gestion des déjections animales

L’objectif est de diminuer les impacts environnementaux de la production animale.

Activités du collaborateur principal ou d’Agriculture et Agroalimentaire Canada :

  • Caractériser les pratiques de production animale déjà en cours dans les régions à l’étude (alimentation et gestion des déjections);
  • Évaluer les risques environnementaux associés aux pratiques existantes;
  • Évaluer les défis et bénéfices à la biométhanisation régionale des effluents d’élevage.

Études socioéconomiques

L’objectif est de soutenir et comprendre la prise de décision des agriculteurs quant à l’adoption de pratiques de gestion agricole.

Activités du collaborateur principal ou d’Agriculture et Agroalimentaire Canada :

  • Réaliser des études financières, économiques et sociales à l’échelle des exploitations individuelles et du bassin versant
  • Déterminer les coûts, les avantages et les obstacles liés à la mise en œuvre de nouvelles pratiques par les agriculteurs

Mobilisation, éducation et sensibilisation

L’objectif est d’entreprendre des activités de mobilisation, d’éducation et de sensibilisation pour accroître l’adoption de nouvelles pratiques agricoles.

  • Communiquer les avantages environnementaux et économiques des nouvelles pratiques aux agriculteurs
  • Utiliser diverses méthodes traditionnelles et innovatrices pour transférer les connaissances, y compris des démonstrations, des ateliers, des vidéos et des possibilités d’apprentissage entre pairs

Nouvelles